Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Assurance vie et succession : consultez votre avocat

Maladie d'Alzheimer et assurance-vie : attention aux abus !

| Publié le 11/05/2012 | Article archivé

Ecrit par : Avocats Picovschi

Avocats Picovschi

Maladie d’Alzheimer et assurance-vie : attention aux abus ! Maladie d’Alzheimer et assurance-vie : attention aux abus !

L’exemple illustrant ce type de situation est simple : une personne qui arrive à convaincre une autre personne atteinte d’Alzheimer d’ouvrir une assurance-vie à son nom ou encore de changer le bénéficiaire d’une assurance-vie déjà existante en sa faveur. Cette personne peut être une personne proche (membre de la famille, amis) ou une personne ayant moins de connexion (voisins, commerçant). La personne malade qui n’est pas en complète possession de ses facultés peut parfois juger à un moment précis qu’un tel changement de bénéficiaire est une bonne chose.

La protection juridique des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer est  très instable : il n’existe pas de réelles garanties pour les malades en cas d’abus commis en vu de détourner tout ou une partie de leur héritage. Il existe donc une nécessité de vigilance : en effet, la maladie d’Alzheimer dans ses premiers stades ne permet pas toujours la mise en place sous tutelle. Néanmoins, l’altération des facultés peut être telle que les capacités de discernement des personnes soient déjà assez diminuées pour qu’elles ne soient pas complètement conscientes des actes qu’elles accomplissent.

Aussi, même si une personne a procuration sur les comptes bancaires de la personne malade, cette procuration ne vaut pas nécessairement pour les contrats d’assurance-vie. Seul le titulaire du contrat d’assurance-vie a le pouvoir d’agir dessus. En cas d’altération des facultés mentales se manifestant notamment par le biais de la maladie d’Alzheimer, la personne même malade garde les prérogatives sur l’assurance-vie. Cela peut entraîner deux cas de figure différents : la personne qui a procuration sachant que c’est la personne malade qui reste compétente pour toute action exercée sur son assurance-vie peut essayer d’utiliser sa vulnérabilité en vue de devenir le bénéficiaire de l’assurance-vie, ou encore, dans une autre optique, la personne qui a procuration ne peut rien faire pour protéger la personne malade et empêcher une personne tierce de faire pression sur elle en vue d’être le bénéficiaire de l’assurance-vie.

A ce stade il est indispensable pour les personnes qui soupçonneraient un tel abus sur un de leur proche ou une de leurs connaissances, de rassembler des preuves nécessaires démontrant que les facultés de la personne étaient déjà altérées assez significativement lorsque l’assurance-vie a été ouverte ou modifiée. Le recours à un avocat est aussi un moyen de défendre et de protéger la personne malade contre les tentatives de détournement d’héritage.

Une fois que la maladie d’Alzheimer atteint un stade plus avancé, une des solutions possible pourrait être la mise en place sous tutelle de la personne malade : le tuteur bénéficiera d’une procuration sur le patrimoine  de la personne souffrant d’Alzheimer, et donc notamment sur l’assurance-vie. Le devoir qui incombe au tuteur de rendre un rapport annuel au juge des tutelles peut jouer à titre préventif contre les risques d’abus.

 

** Ce que l’on nomme, parfois pudiquement, l’aléa judiciaire nous rappelle que la justice humaine diverge parfois de la JUSTICE. Dans ce domaine, plus peut-être que tout autre, la vérité est difficile à mettre à jour. Aussi, ce qui apparait comme évident sur le plan humain ne l’est pas forcément sur le plan juridique faute d’une traduction de la réalité humaine en réalité juridique. Ce décalage constitue le travail et le talent de l’avocat : à lui de le réduire par sa connaissance parfaite du droit et son expérience professionnelle. Le non-initié ne peut en effet pas prétendre y parvenir, il pourra éventuellement réunir les informations mais leur traduction en termes juridiques adéquats fera défaut. **

 

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Les lecteurs d'Héritage Succession ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.