Écrit par : Avocats Picovschi - avocat au Barreau de Paris

SOMMAIRE

Placement favori des Français, le contrat d'assurance vie multiplie les avantages. En effet, ce contrat s’adapte tout au long de votre vie à vos besoins. Il permet entre autres de réaliser des projets à moyen ou long terme comme préparer paisiblement votre retraite ou encore organiser la transmission de votre patrimoine. Si vous cherchez le produit qui rapporte le plus sans prendre de risque, sachez que l’assurance-vie le permet !

Placement en assurance-vie : comment se compose le contrat ?

L’assurance-vie est un des meilleurs moyens de construire un patrimoine. En effet, ce placement permet de valoriser des capitaux, mais aussi de transmettre son patrimoine aux personnes de son choix. Il faut savoir qu’il existe deux types de contrats d’assurance-vie.

Placement sans risques très prisé des particuliers, les contrats d'assurance-vie monosupports reposent sur le "fonds en euros" dont le rendement minimum est connu en amont. Pour ce type de contrat, le risque financier est entièrement supporté par la compagnie d’assurance.

Lorsque le fond en euros réalise une plus-value, cette dernière est versée dans la réserve de capitalisation prévue à cet effet. Pour toutes les opérations, sachez que c’est un professionnel qui sera en charge de gérer le fonds en euros en procédant aux achats et ventes des différentes valeurs du portefeuille.

Par ailleurs, le contrat d’assurance-vie monosupport sécurise le capital placé. Ainsi, à l’échéance du contrat, le capital qui aura été investi sera augmenté des intérêts capitalisés et d’une potentielle participation aux bénéfices. Le capital étant garanti, la somme qui aura été investie ne sera pas perdue ni réévaluée des intérêts perçus à échéance. Sachez que les intérêts induits par l’épargne sont acquis et ce cumul d’intérêts génère à son tour de nouveaux intérêts. Ainsi, on comprend que la valeur du capital ne peut baisser, ce qui rend ce type de placement très peu risqué et donc privilégié par les épargnants.

Il faut aussi mentionner les contrats d’assurance-vie multisupports qui sont investis sur plusieurs fonds ou " supports ". En pratique, ce type de contrat permet à la fois de sécuriser l’épargne, mais aussi de la dynamiser considérablement, car il est à la fois investi sur un fonds en euros, mais aussi sur des unités de compte. In fine, ce type de contrat permet en effet d’investir davantage et de miser sur une rentabilité plus intéressante. Plus risqués, les contrats d’assurance-vie multisupports permettent un placement de fonds sur des actifs financiers divers. Notez que l’épargnant peut librement choisir de modifier son contrat d’assurance-vie monosupport en contrat d’assurance-vie multisupport sous certaines conditions.

Assurance-vie : quels sont les différents contrats existants ?

Selon l’élément déclencheur, le contrat d’assurance-vie peut être versé en cas de vie ou en cas de décès.

Pour optimiser son épargne sur le long terme, il est possible de souscrire un contrat d’assurance-vie en cas de vie. Ainsi, le capital constitué ou la rente sera versé automatiquement à l’assuré si ce dernier est toujours en vie à l’échéance du contrat. À noter que le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) ou « Flat tax » est applicable aux assurances vie et cible les rachats de ce type de contrat depuis le 1er janvier 2018.

Le dispositif PFU s’applique pour les versements faits depuis le 27 septembre 2017.

Il est aussi possible de souscrire une assurance-vie en cas de décès. Le souscripteur va en effet constituer une épargne pour une personne. Au décès du souscripteur, le montant du capital sera automatiquement versé au bénéficiaire désigné. Ce type de contrat est un outil de préparation de succession. À noter que l’assurance-vie est considérée comme hors succession.  En cas de rachat d'assurance-vie, notez que la taxation se fait uniquement sur les produits générés sur le contrat d'assurance-vie. Il faudra ainsi s’acquitter des prélèvements sociaux au taux de 17.2% sur le montant investi en unités de compte.

Enfin, l’assurance-vie mixte garantie le versement du capital ou de la rente soit au souscripteur si ce dernier est toujours en vie, soit à un bénéficiaire désigné si le souscripteur est décédé.

Nos lecteurs ont aussi aimé

Rapport du contrat d'assurance vie à la succession, le vision de l'avocat
 
L'assurance-vie : quand les faits parlent d'eux-mêmes
 
L'assurance-vie : très difficile à contester
 
Assurance-vie : attention à la requalification en donation indirecte
 
Assurance-vie : la révocation pour cause d'ingratitude
 
Comment réintégrer le contrat d'assurance-vie dans l'actif successoral ?
 
Assurance vie : les primes manifestement exagérées doivent porter atteinte à la réserve héréditaire
 
Bénéficiaire d'assurance-vie, quel délai pour réclamer son dû ?
 
Assurance-vie : en l'absence de bénéficiaire au moment du décès, le capital entre dans la succession du défunt
 
Clause bénéficiaire, testament olographe : assurance-vie hors succession?
 
Héritiers : l'importance de vous renseigner sur l'existence d'un contrat d'assurance vie
 
Intégration de l'assurance-vie à la succession : de la réponse Bacquet à la réponse CIOT
 
Euro-croissance : la naissance d'un nouveau contrat d'assurance-vie
 
Contrats d’assurance-vie : fiscalité et contrats non réclamés quelles sont les nouveautés ?
 
La modification de la clause bénéficiaire du contrat d’assurance-vie peu de temps avant le décès est-elle valide ?
 
Primes manifestement exagérées : comment contester un contrat d’assurance-vie ?
 
Contrats d’assurance-vie : le souscripteur peut-il agir contre son assureur ?
 
Comment contester les sommes perçues par le bénéficiaire d’une assurance-vie ?
 
Assurance-vie, l’importance de la rédaction du testament
 
Assurance-vie, comment exercer sa faculté de renonciation ?
 
Décès du conjoint du souscripteur, que devient l’assurance-vie ?
 
Loi Sapin 2 : pour paraphraser le Canard enchaîné « assurance-vie, ça sent le sapin »
 
Assurance-vie et SCPI : pourquoi allier ces deux placements ?
 
Impôt sur la fortune immobilière : quels changements pour l’assurance vie ?
 
Choisir l’héritier bénéficiaire de l’assurance vie
 
Fiscalité sur l’assurance vie
 
Fiscalité de l’assurance-vie : point d’étape
 
Assurance-vie et succession : comment ça marche ?
 
Assurance vie - Succession
 
Bénéficiaire d’une assurance-vie : comment faire valoir mes droits ?
 
Assurance vie ou PEA ?
 
Choisissez vos héritiers grâce à l’assurance vie
 
L’assurance vie peut-elle financer votre retraite ou est-elle un placement liquide ?
 
Les avantages fiscaux de l’assurance vie : est-ce pour longtemps ?
 
Assurance vie : ce que change la loi Pacte
 
Testament et assurance vie : comment ça marche ?
 
Assurance vie : peut-on privilégier un héritier ?
 
Assurance vie : quelle imposition pour vos ayants droits ?
 
L’assurance vie est-elle hors succession ?
 
Assurance vie : comment sont calculés les droits de succession ?
 
Assurance vie, quelles démarches à faire pour un bénéficiaire ?
 
Investir en assurance vie : le bon choix
 
Assurance vie : faut-il ouvrir deux contrats ?
 
Assurance vie, comment récupérer son argent ?
 
Comment ouvrir un compte assurance-vie à un mineur ?
 
Comment bien diversifier son contrat ?
 
Assurance vie, peut-on déléguer son contrat ?
 
Assurance vie : quelle fiscalité avant 8 ans ?
 
Peut-on résilier un contrat d’assurance vie ?
 
Assurance vie : faut-il ouvrir un contrat après 70 ans ?
 
Obtenir une avance sur une assurance vie : est-ce possible ?
 
Assurance vie, les nouveautés en 2019
 
Assurance vie, quid en cas de décès ?
 
Y a-t-il un délai de prescription en assurance vie ?
 
Bien choisir son mode de gestion de l’assurance vie !
 
Comment obtenir l’argent d’un contrat d’assurance-vie oublié ?
 
Quelle collecte nette en 2019 pour l’assurance vie ?
 

Publication
Héritage & Succession est une publication d’Avocats Picovschi avocat au Barreau de Paris