Héritier venant en représentation : quels sont vos droits ?


- avocats au Barreau de Paris | Publié le

L’un de vos grands-parents est décédé récemment et votre père ou votre mère, fils ou fille de ce dernier, lui était prédécédé. On vous apprend que dans ces circonstances particulières vous prenez la place d’héritier de ce parent prédécédé. Vous ne vous sentez pas à votre place et vous demandez quels sont vos droits ? Vous avez l’impression que vos oncles et tantes n’acceptent pas que vous héritiers ? Que faire ? Comment obtenir la part d’héritage qui vous revient ?

Quel est l’ordre légal des héritiers à une succession ?

Pour que vous compreniez mieux le déroulement d’une succession, il convient de revenir aux bases du droit des successions et aux règles de dévolution imposées par la loi.

La dévolution successorale est l’outil permettant de désigner les héritiers d’une personne décédée. Plus précisément, il s’agit d’un ordre d’héritage. Ainsi, la loi désigne un ordre de priorité des héritiers.

Les héritiers ayant le degré de parenté le plus proche sont en première ligne, excluant les autres. L’ordre légal des héritiers est le suivant :

  • Les enfants du défunt et leurs descendants
  • Les parents, les frères et sœurs et les descendants de ces derniers
  • Les ascendants autres que les parents
  • Les collatéraux autres que les frères et sœurs et les descendants de ces derniers

Le conjoint qui survit à son époux a également une place particulière. C’est un héritier, à part, que l’on appelle plus communément le conjoint survivant. Sa part dans la succession repose sur plusieurs critères :

  • La présence d’autres héritiers au moment du décès 
  • Le régime matrimonial des époux

Si un divorce a été prononcé, l’ex-conjoint ne disposera d’aucun droit sur la succession et cela vaut également pour les partenaires de Pacs et les concubins à moins que le défunt n’en ait disposé autrement par testament ou qu’il ait fait une donation de son vivant.

Qui sont les héritiers concernés par la représentation ?

En temps normal, nul parent ne devrait avoir à subir la perte de l’un de ses enfants. Malheureusement, cette situation peut arriver et l’ordre des choses, notamment en matière successorale, s’en trouve quelque peu bouleversé.

C’est dans cette hypothèse qu’une personne va pouvoir venir en représentation de son parent dans une succession où ce dernier aurait dû hériter. Juridiquement, la représentation permet aux descendants d’une personne décédée d’hériter à sa place (article 751 du Code civil).

D’une manière générale, les héritiers qui peuvent venir en représentation sont :

  • Les enfants du défunt et leurs descendants (représentation en ligne directe)
  • Les frères et sœurs du défunt et leurs descendants (représentation en ligne collatérale)

Vous êtes concerné avant tout lorsque votre père ou votre mère est décédé depuis plusieurs années et que l’un de vos grands-parents vient de décéder. Dans cette hypothèse, que vous soyez enfant unique ou que vous ayez des frères et sœurs, chacun d’entre vous viendra en représentation de votre parent prédécédé dans le cadre de la succession de son père ou sa mère.

Outre le cas d’un prédécès, lorsqu’un héritier choisi de renoncer à la succession, au moment de l’option successorale, ses descendants suivant l’ordre légal pourront venir en représentation et se partager sa part d’héritage (s’ils ne renoncent pas eux-mêmes également à la succession).

Enfin, lorsqu’un héritier commet une faute grave à l’égard du défunt, il peut se voir exclu de la succession. On appelle cela l’indignité successorale

Ce type d’exclusion n’interviendra que pour des faits d’une extrême gravité, notamment lorsque l’héritier a été condamné à une peine criminelle comme auteur ou complice pour meurtre ou tentative de meurtre sur la personne du défunt, ou pour violences, voies de fait ayant causé la mort du défunt sans intention.

Dans d’autres cas, un tribunal peut, à la demande d’un héritier, prononcer l’exclusion de la succession à l’encontre d’un héritier indigne qui aurait témoigné de manière mensongère contre le défunt lors d’une procédure criminelle.

Quelles sont les conséquences pour un héritier venant en représentation ?

Il est normal de se poser un certain nombre de questions lorsque l’on se retrouve dans une spirale successorale dans laquelle on ne devrait pas être.

Parfois, les relations intrafamiliales sont compliquées et dans ce genre d’hypothèse, les héritiers réservataires peuvent voir d’un mauvais œil l’ingérence d’un autre héritier dans leurs affaires. Quoiqu’il en soit, vous disposez, en tant que représentant, des mêmes droits dont aurait disposé votre parent s’il n’était pas prédécédé.

Plus précisément, si vous êtes enfant unique et que votre père est prédécédé, vous viendrez recueillir la part réservataire qu’il aurait dû obtenir dans la succession de son père ou sa mère. Si vous êtes plusieurs frères et sœurs, vous récupèrerez la même part réservataire divisée par le nombre de frères et sœurs que vous êtes.

Cependant, qui dit mêmes droits dit également mêmes conséquences fiscales … Lorsqu’un héritier vient en représentation, celui-ci sera imposé en prenant compte de l’abattement et du barème qui se serait appliqué à l’héritier représenté. Dès lors, la fiscalité qui sera appliquée tiendra compte du degré de parenté entre le défunt et l’héritier représenté prédécédé. En présences de plusieurs héritiers représentants, l’abattement sera divisé entre eux.

Quid des héritiers venant en représentation d’un bénéficiaire d’un contrat d’assurance-vie ? Dans le cas où le parent prédécédé aurait dû bénéficier du montant d’une assurance-vie, ce montant viendra en principe s’ajouter à l’actif successoral, ce qui exclut les règles spécifiques propres au contrat d’assurance-vie. Il convient toutefois de préciser que cela dépend de la façon dont est rédigée la clause bénéficiaire s’il y en a une. Il est tout à fait possible que votre grand parent décédé ait nommément désigné votre père ou mère prédécédé comme bénéficiaire, et à défaut, ses descendants. Dans ce cas, l’assurance-vie devrait vous revenir.

Nos lecteurs ont aussi aimé

Cour d'appel de Poitiers, la contestation de l'authenticité d'un testament
 
Le testament
 
Déclaration tardive de succession
 
Testament : Quelles formes choisir ?
 
Testament : comment rédiger le testament olographe ?
 
Testament : comment se protéger en cas de faux testament ?
 
Cour d'appel, Douai, 11 Janvier 2010 : la renonciation d'une succession
 
L'interprétation de la volonté du testateur par les juges
 
La libéralité conditionnelle selon la Cour d'appel de Paris
 
Cour d'Appel de Douai : rédaction du testament et insanité d'esprit
 
Héritiers : comment obtenir la nullité du testament antérieurement dactylographié
 
Agir en nullité du testament pour insanité d'esprit du testateur ?
 
Testament international : les conditions de validité selon les pays
 
L'annulation d'un testament par la Cour d'appel d'Aix-en-Provence
 
Doit-on rapporter à la succession les sommes reçues pour son entretien ?
 
Testament : les vrais des faux
 
Contestation du testament et experimentéise judiciaire
 
Cour d'appel de Paris, Validité d'un testament olographe écrit avant décès
 
Contester un testament : quelle est la procédure à suivre ?
 
Le Testament : une nécessité parfois lourde de conséquences
 
Droit des successions : comment obtenir l'annulation du testament ?
 
Légataires : Comment empêcher la remise en cause du testament ?
 
Bénéficiaire d'un testament : comment vous défendre face aux héritiers qui s'estiment spoliés ?
 
L'envoi en possession des légataires universels
 
Légataires, comment obtenir la délivrance du legs ?
 
Testament en faveur de l'épouse : héritiers, faites valoir vos droits !
 
Héritiers : avez-vous vérifié la validité du testament ?
 
Succession : un document manuscrit est-il un testament valide ?
 
Légataire universel : faites valoir vos droits face aux héritiers !
 
Héritiers lésés : comment faire annuler un testament pour insanité d’esprit ?
 
Vous bénéficiez d’un testament et les héritiers du défunt contestent vos droits
 
Comment faire respecter les dernières volontés du défunt ?
 
Le testament conjonctif est-il valide en France ?
 
Envoi en possession : votre héritage dans « la poche »
 
Contestation de testament : quand des héritiers vous déclarent la guerre…
 
La typologie des légataires : quelles conséquences lors de la succession ?
 
Mieux comprendre le testament international
 
La nullité du testament : mythe ou réalité ?
 
Comment sécuriser vos donations et vos contrats d’assurance vie ?
 
Prévoir la transmission de votre patrimoine : optimiser, avantager, anticiper !
 
Comment contester un testament ?
 
Rédaction d’un testament : attention à la réserve héréditaire
 
Succession avec testament : comment ça marche ?
 
Est-il possible de contester un testament ?
 
Les différentes formes de testaments
 
Succession avec testament et envoi en possession : comment ça marche ?
 
Comment préparer sa succession grâce à la quotité disponible ?
 
Conflit entre testaments : lequel est bon ?
 
Testament et codicille : que faire en cas de conflit ?
 
Comment rédiger un testament ?
 
Coronavirus et succession : faire un testament dans l’urgence ?
 
Testament rédigé sous tutelle ou curatelle : est-il valable ?
 
Testament olographe en ma faveur : comment récupérer ma part ?
 
Testament découvert après le partage : comment le faire respecter ?
 
Succession et testament : comment rédiger un testament authentique ?
 
Quel est le rôle de l’exécuteur testamentaire dans la succession ?
 
Succession : qu’est-ce qu’un testament international ?