Écrit par : Avocats Picovschi - avocat au Barreau de Paris

Ecrit par : Avocats Picovschi

Les époux, mariés sous le régime de la séparation de biens, ont acquis en indivision une maison d'habitation, le financement global du bien ayant été effectué par le mari seul.

Par ailleurs, l'épouse a fait l'acquisition d'un immeuble au cours du mariage, le mari ayant participé en partie au financement de ce bien propre de la femme. L'intention libérale du mari à l'égard de son épouse, en lui constituant ce patrimoine immobilier, est établie. L'épouse ne démontre pas le caractère rémunératoire des sommes versées alors qu'elle n'établit pas avoir renoncé à une activité professionnelle à la demande de son mari pour se consacrer aux charges du mariage et à l'éducation des enfants au delà des obligations parentales. Ces libéralités, antérieures au 1er janvier 2005, date d'entrée en vigueur de la loi du 26 mai 2004, restent soumises à la loi applicable au jour de leur formation à défaut de rétroactivité expressément prévue par la loi nouvelle. Cependant le mari n'est pas fondé à invoquer la nullité de ces donations par application de l'ancien article 1099 du Code civil. En effet, à défaut de déclaration mensongère quant à l'origine des fonds dans les actes d'acquisition, les libéralités ne peuvent être qualifiées de donations déguisées entre époux.
Seules les dispositions de l'ancien article 1096 du Code civil peuvent être invoquées par le mari. Celui-ci peut librement révoquer les donations à moins qu'il ne soit justifié qu'il ait renoncé à cette possibilité.
Or, il ne résulte pas des déclarations sur l'honneur, rédigées par les époux pendant la procédure de divorce, que le mari ait entendu renoncer à cette faculté de révocation. Le notaire liquidateur devra donc tenir compte du financement par le mari du bien indivis et du bien propre de la femme et de sa volonté de révocation.
Les donations n'ayant été que de deniers, l'épouse ne peut être privée de sa qualité de propriétaire.
La révocation ne peut avoir comme conséquence que la restitution de deniers en application des règles de l'article 1099-1 ancien du Code civil, en fonction de la valeur actuelle des biens financés par les fonds donnés.
En revanche, il est établi que le mari, qui avait constitué une épargne au nom de son épouse, a renoncé à la faculté de révocation visée à l'ancien article 1096 du Code civil. Cette renonciation résulte de la procédure de divorce. Le défaut de mention des sommes données à l'épouse, dans la déclaration sur l'honneur du mari réalisée pour la détermination de la prestation compensatoire, démontre la volonté du mari de renoncer à se prévaloir de sa possibilité de révoquer les donations opérées de ce chef.
Le financement par le mari du véhicule de sa femme, la donation d'une toile et le financement du mobilier d'un appartement de la femme doivent être considérés comme des présents d'usage eu égard aux revenus du mari et aux besoins de l'épouse. Ces présents d'usage ne peuvent faire l'objet d'une révocation.
Le mari ne démontre pas la réalité des donations de sommes d'argent qu'il invoque à défaut d'intention libérale. Ces sommes versées correspondent à la contribution du mari aux charges du mariage et à l'entretien des enfants. Le mari n'est donc pas fondé à demander le remboursement en invoquant la révocation des dons manuels.
Le mari ayant procédé seul au règlement de taxes foncières pour l'immeuble indivis, la moitié de cette taxe foncière doit être mise à la charge de la femme. En revanche, le mari ne peut solliciter le remboursement de la moitié de l'impôt sur le revenu qu'il a réglé seul, l'impôt réglé ayant nécessairement été la contrepartie des propres revenus du mari à défaut de revenus déclarés de la femme.

(source : LexisNexis)

 

Nos lecteurs ont aussi aimé

Le testament
 
L'exécuteur testamentaire
 
Accepter ou refuser une succession
 
Déclaration tardive de succession
 
La possibilité de contester un testament
 
La volonté du défunt et la réserve des héritiers
 
L'interprétation de la volonté du testateur par les juges
 
La libéralité conditionnelle selon la Cour d'appel de Paris
 
Cour d'Appel de Douai : rédaction du testament et insanité d'esprit
 
Avocat succession : Nullité du testament antérieurement dactylographié
 
Agir en nullité du testament pour insanité d'esprit du testateur ?
 
Testament international : un testament authentique irrégulier valable comme testament international
 
Testament : quelles sont les conditions de validité ?
 
Comment faire annuler un testament ?
 
L'annulation d'un testament par la Cour d'appel d'Aix-en-Provence
 
Doit-on rapporter à la succession les sommes reçues pour son entretien ?
 
Testament : les vrais des faux
 
Contester un testament : annulation ou révocation
 
Contestation du testament : réclamer une experimentéise judiciaire ou la contester
 
Cour d'appel de Paris, Validité d'un testament olographe écrit avant décès
 
Contester un testament : quelle est la procédure à suivre ?
 
Le Testament : une nécessité parfois lourde de conséquences
 
Droit des successions : l'annulation du testament grâce à l'avocat.
 
Légataires: Comment empêcher la remise en cause du testament ?
 
Conflit entre testament et assurance-vie : que faire ?
 
L'envoi en possession : le recours indispensable de l'avocat aux légataires universels pour hériter
 
Légataires, l'avocat vous aide à obtenir la délivrance du legs
 
Héritier avantagé par un testament : faites face aux héritiers contestataires !
 
Régler une succession avec testament : l'envoi en possession
 
Testament en faveur de l'épouse : héritiers, faites valoir vos droits !
 
Remettre en cause et faire annuler un testament authentique, c'est possible
 
Conflits entre légataire universel et héritier(s) : comment entrer en possession des biens ?
 
Héritiers, vous voulez bloquer l'envoi en possession : avez-vous vérifié la validité du testament ?
 
Découverte d'un testament olographe en votre faveur : Faites valoir vos droits
 
Succession : un document manuscrit est-il un testament valide ?
 
Légataire universel, l'avocat vous aide à faire valoir vos droits face aux héritiers !
 
Comment se règle une succession en présence de plusieurs testaments contradictoires ?
 
Héritiers lésés : comment faire annuler un testament pour insanité d’esprit ?
 
Vous bénéficiez d’un testament et les héritiers du défunt contestent vos droits
 
Le codicille, un avenant au testament source de conflits entre héritiers
 
Comment faire respecter les dernières volontés du défunt ?
 
Succession : le legs verbal, est-il valable ?
 
Que faire en présence de plusieurs testaments ? Quel est le bon ?
 
Le défunt peut-il léguer son patrimoine à l’association de son choix ?
 
Le testament conjonctif est-il valide en France ?
 
Envoi en possession : votre héritage dans « la poche »
 
Contestation de testament : quand des héritiers vous déclarent la guerre…
 
Héritiers, annulez le testament fait en faveur d’un auxiliaire de vie
 
Encore un succès du cabinet : quand la médiation de l’avocat débloque la succession !
 
La typologie des légataires : quelles conséquences lors de la succession ?
 
Mieux comprendre le testament international avec votre avocat
 
Comment sécuriser vos donations et vos contrats d’assurance vie ?
 
Prévoir la transmission de votre patrimoine : optimiser, avantager, anticiper !
 
Contester un testament : faite appel à un avocat en succession
 
Comment contester un testament ?
 
Rédaction d’un testament : attention à la réserve héréditaire
 
Succession avec testament : comment ça marche ?
 
Est-il possible de contester un testament ?
 
Les différentes formes de testaments
 
Succession avec testament et envoi en possession : comment ça marche ?
 

Publication
Héritage & Succession est une publication d’Avocats Picovschi avocat au Barreau de Paris