Succession : Comment avantager un héritier ?


- avocats au Barreau de Paris | Publié le

Vous souhaitez organiser votre succession et vous vous interrogez sur la possibilité d’avantager un héritier ? Enfant, conjoint survivant ou encore personne extérieure à la famille, sachez que vous disposez d’une quotité disponible qui vous permet de privilégier la personne de votre choix. Il faudra toutefois veiller à ne pas porter atteinte aux droits des héritiers réservataires. Focus sur les différents moyens d’avantager un héritier.

Qui sont les héritiers réservataires ?

A la suite d’un décès, « les héritiers désignés par la loi sont saisis de plein droit des biens, droits et actions du défunt » (article 724 du Code civil). Ce sont les héritiers réservataires. Une part leur est automatiquement dévolue dans la succession. Il s’agit de la réserve héréditaire. Le défunt peut toutefois disposer librement d’une partie de son patrimoine appelée quotité disponible.

L’article 912 du Code civil définit la réserve héréditaire comme étant « la part des biens et droits successoraux dont la loi assure la dévolution libre de charges à certains héritiers dits réservataires ». Il convient toutefois de préciser que ces derniers doivent être appelés à la succession et l’accepter. La quotité disponible correspond quant à elle à « la part des biens et droits successoraux qui n'est pas réservée par la loi et dont le défunt a pu disposer librement par des libéralités ».

Les héritiers réservataires sont les enfants du défunt et, à défaut d’enfant, le conjoint survivant. Ces héritiers ne peuvent pas être déshérités dans la mesure où la loi leur assure une part irréductible dans la succession. Seuls les héritiers indignes de succéder pourraient être privés de droits successoraux (article 726 et 727 du Code civil).

Le montant de la réserve héréditaire dépend du nombre d’enfants :

  • La moitié si l’héritier est enfant unique
  • Deux tiers en présence de deux enfants (un tiers pour chaque enfant)

Trois quarts en présence de trois enfants ou plus, à répartir équitablement entre eux

Quelles dispositions prendre pour avantager un héritier ?

Si les enfants ne peuvent pas être écartés de la succession de leurs parents, il n’en demeure pas moins que certains peuvent être avantagés grâce à la quotité disponible.

Que l’enfant en question ait aidé ses parents à gérer l’entreprise familiale, ou qu’il ait été présent dans des moments difficiles, il est possible de faire preuve de reconnaissance à son égard, sans toutefois porter atteinte aux droits des cohéritiers. La rédaction d’un testament permettra alors au défunt d’attribuer la quotité disponible à la personne de son choix.

Testament authentique, olographe ou mystique ? Les possibilités sont nombreuses, mais les formalismes diffèrent. Il faudra donc faire attention au respect du formalisme afférent.

Il sera également nécessaire de veiller à ne pas porter atteinte aux droits des cohéritiers. En effet, les frères et sœurs de l’héritier avantagé pourraient se sentir spoliés et contester le testament.

Si comme bon nombre de nos lecteurs vous vous poser des questions qui relèvent du droit des successions, consultez notre Forum qui traite de ces problématiques.

Nos lecteurs ont aussi aimé

Cour d'Appel d'Aix et Donation déguisée : évolution jurisprudentielle
 
Cour d'appel de Bordeaux, appréciation du caractère déguisé d'une donation
 
Les dons manuels : à la source de bien des conflits de succession ?
 
Cas pratique : donation au dernier vivant
 
La révocation d'une succession
 
L'imposition des donations aux descendants et les différentes donations
 
Donation et vente : est ce que l’intention libérale prévaut ?
 
La donation-partage : l'instrument d'une succession bien préparée
 
La révocation de la donation
 
Dons manuels : attention aux conséquences fiscales !
 
Donation-partage : les contours de l'action en revalorisation des soultes
 
Légataire universel, se défendre en cas de poursuite pour recel successoral
 
Incidences successorales du prêt familial sans intérêts
 
Donation-partage : la clause prévoyant la variation de la soulte
 
Donations déguisées : comment se défendre ?
 
Intention de libéralité indispensable pour le rapport des donations
 
Donation : éviter les conflits familiaux et contentieux fiscaux
 
Cour d'appel de Paris, testament olographe et condition suspensive
 
Cour d'appel de Paris : que faire quand l'héritier réservataire refuse de délivrer les biens de la succession ?
 
Legs résiduels et graduels : les difficultés liées aux legs à charge
 
Donation-partage: outil de gestion de patrimoine source de conflit
 
La possibilité de révoquer tacitement la donation entre époux
 
Transmission de patrimoine : donation, un cadeau empoisonné ?
 
Don manuel et succession : attention aux risques de conflits
 
Récupérer le bien que vous avez donné, est-ce possible ?
 
Les donations : une source abondante de conflits entre héritiers !
 
Héritier : le légataire peut-il remettre en cause les donations ?
 
Succession : poursuivre la révocation tacite du donateur
 
Quand procéder à l’évaluation des biens visés par une donation-partage ?
 
Familles recomposées : anticipez les conflits entre votre nouveau conjoint et vos enfants
 
Les dons manuels
 
Succession et donation au dernier vivant : comment ça marche ?
 
Don manuel et succession : comment ça marche ?
 
Quotité disponible : comment gérer sa transmission de patrimoine ?
 
Non-respect de la réserve héréditaire : pensez à l’action en réduction
 
Peut-on révoquer une donation ?
 
Est-il possible de revenir sur une donation au dernier vivant ?
 
Prêt familial : quelles conséquences sur la succession ?
 
Donation partage : quelles conséquences au moment de la succession ?
 
Succession : que faut-il savoir sur les donations ?