La donation-partage : l'instrument d'une succession bien préparée


- avocats au Barreau de Paris |
Mis à jour le 09/06/2015 Publié le

Vous souhaitez anticiper le règlement de votre succession en organisant de votre vivant le partage de tout ou partie de vos biens. Il est en effet, pour vous primordial d’éviter au maximum les conflits d’héritage. La donation-partage peut tout à fait répondre à vos souhaits.

En effet, les successions riment souvent avec conflits. Assurément, il est assez fréqu<ent qu’un héritier se sente désavantagé ou qu’un bien immobilier soit l’objet de toutes les convoitises.

Qu’est-ce qu’une donation-partage ?

Comme son nom l’indique, la donation-partage est un acte double, comportant une donation et un partage. Une telle donation peut à cet égard être effectuée dans le même acte ou dans un acte séparé.

La donation-partage, présente l’intérêt d’organiser de son vivant la transmission et le partage d’une partie ou de l’ensemble de vos biens.

La donation-partage donne à cet égard lieu à la constitution de lots égaux ou inégaux pour avantager l'un des bénéficiaires.

La donation-partage est intéressante car elle permet de gratifier plusieurs enfants en même temps et de partager entre eux des biens. Il peut s'agir d'argent, de titres, de meubles, de biens immobiliers …  Par ailleurs, il convient de préciser qu’il est possible de transmettre la nue-propriété d'un bien ou la quote-part d'un bien détenu en indivision.

Qui sont les bénéficiaires d’une donation-partage ?

Toute personne peut consentir une donation-partage entre ses héritiers réservataires (c'est-à-dire ayant vocation à hériter au jour du décès du donateur) et/ou descendants de générations différentes.

De ce fait, la donation-partage peut être consentie :

  • Au profit des enfants, qu'ils soient légitimes, adoptifs ou naturels.
  • Au profit des petits-enfants ou autres descendants directs.
  • En l'absence de descendants directs, au profit d’héritiers collatéraux (les frères et sœurs, neveux et nièces, cousins) …

Les risques liés à la date d’évaluation des biens donnés

L’article 1078 du Code civil dispose que la date d’évaluation à prendre en considération en matière de donation-partage est celle du jour de l’acte. Cette règle a vocation à s’appliquer dès lors que la donation-partage concerne tous les héritiers réservataires vivants ou représentés au décès du donateur.

Cette situation est avantageuse lorsque les donataires disposent du ou des biens donnés. Or si le donateur se réserve l’usufruit des biens donnés, il est fort probable que la valeur du ou des biens va évoluer durant la période (parfois longue) séparant la donation-partage du décès du donateur. A cet égard quand la succession sera ouverte, les donataires, sur la tête desquels la pleine propriété des biens donnés se reconstitue, se trouveront dans des situations parfois très inégales.

Nos lecteurs ont aussi aimé

Cour d'Appel d'Aix et Donation déguisée : évolution jurisprudentielle
 
Cour d'appel de Bordeaux, appréciation du caractère déguisé d'une donation
 
Les dons manuels : à la source de bien des conflits de succession ?
 
Cas pratique : donation au dernier vivant
 
La révocation d'une succession
 
L'imposition des donations aux descendants et les différentes donations
 
Donation et vente : est ce que l’intention libérale prévaut ?
 
La révocation de la donation
 
Dons manuels : attention aux conséquences fiscales !
 
Donation-partage : les contours de l'action en revalorisation des soultes
 
Légataire universel, se défendre en cas de poursuite pour recel successoral
 
Incidences successorales du prêt familial sans intérêts
 
Donation-partage : la clause prévoyant la variation de la soulte
 
Donations déguisées : comment se défendre ?
 
Intention de libéralité indispensable pour le rapport des donations
 
Donation : éviter les conflits familiaux et contentieux fiscaux
 
Cour d'appel de Paris, testament olographe et condition suspensive
 
Cour d'appel de Paris : que faire quand l'héritier réservataire refuse de délivrer les biens de la succession ?
 
Legs résiduels et graduels : les difficultés liées aux legs à charge
 
Donation-partage: outil de gestion de patrimoine source de conflit
 
La possibilité de révoquer tacitement la donation entre époux
 
Transmission de patrimoine : donation, un cadeau empoisonné ?
 
Don manuel et succession : attention aux risques de conflits
 
Récupérer le bien que vous avez donné, est-ce possible ?
 
Les donations : une source abondante de conflits entre héritiers !
 
Héritier : le légataire peut-il remettre en cause les donations ?
 
Succession : poursuivre la révocation tacite du donateur
 
Quand procéder à l’évaluation des biens visés par une donation-partage ?
 
Familles recomposées : anticipez les conflits entre votre nouveau conjoint et vos enfants
 
Les dons manuels
 
Succession et donation au dernier vivant : comment ça marche ?
 
Don manuel et succession : comment ça marche ?
 
Quotité disponible : comment gérer sa transmission de patrimoine ?
 
Non-respect de la réserve héréditaire : pensez à l’action en réduction
 
Succession : Comment avantager un héritier ?
 
Peut-on révoquer une donation ?
 
Est-il possible de revenir sur une donation au dernier vivant ?
 
Prêt familial : quelles conséquences sur la succession ?
 
Donation partage : quelles conséquences au moment de la succession ?
 
Succession : que faut-il savoir sur les donations ?
 
Succession : à quoi sert l’action en retranchement ?