Écrit par : Avocats Picovschi - avocat au Barreau de Paris

SOMMAIRE

La donation au dernier vivant permet d’organiser sa succession, sans pour autant passer par la rédaction d’un testament. Cet acte notarié permet notamment de protéger le conjoint survivant au moment du règlement de la succession. Quelques précisions sont nécessaires…

Qu’est-ce que la donation entre époux ?

La donation au dernier vivant, aussi connue sous le nom de donation entre époux, permet de léguer à son conjoint l’intégralité de sa fortune en cas de décès. Elle devra nécessairement porter sur l’ensemble des biens détenus par le donateur au moment de son décès. Cette donation porte donc sur les biens à venir, et non sur les seuls biens présents dans le patrimoine du donateur au moment de la signature de l’acte de donation.

Si la donation au dernier vivant améliore les droits du conjoint survivant au moment du décès du donateur, il n’en demeure pas moins qu’il reste libre de gérer et de disposer de ses biens à sa vie durant.

Quel que soit votre régime matrimonial, vous pourrez consentir une donation au dernier vivant. La donation ne peut donc être faite qu’entre personnes mariées. Concubins et personnes pacsées ne sont de ce fait pas concernés.

La donation pourra être révoquée à tout moment, sans pour autant que le bénéficiaire en soit nécessairement informé.

Comment faire une donation au dernier vivant ?

Si vous souhaitez faire une donation au dernier vivant, vous devez savoir que certaines conditions devront être respectées. A défaut, la validité même de la donation pourrait être remise en cause.

Ainsi vous devrez nécessairement passer devant un notaire pour établir la donation.

De même, il vous faut savoir que la donation entre époux ne peut en principe porter que sur votre quotité disponible, laquelle est de la moitié de votre patrimoine en présence d’un enfant, 1/3 en présence de deux enfants et 1/4 pour trois enfants et plus. La loi octroie en effet une réserve héréditaire, à laquelle il n’est pas possible de porter atteinte, aux héritiers réservataires.

Pourquoi faire une donation au dernier vivant ?

Les enfants ont la qualité d’héritiers réservataires. Les droits du conjoint survivant dans la succession du défunt sont donc limités. Dans un arrêt du 25 octobre 2017, la Cour de cassation a jugé qu’en « présence d’enfants ou de descendants, les libéralités reçues du défunt par le conjoint survivant s’imputent sur les droits de celui-ci dans la succession, de sorte qu’il ne peut recevoir une portion de biens supérieure » à celle qui lui est normalement dévolue (Cass 1ère Civ, 25 octobre 2017, 17-10.644). Si cette donation excède la quotité disponible, les héritiers réservataires ont la possibilité d’en demander la réduction.

Avec la donation entre époux, le conjoint survivant a vocation à recevoir la quotité disponible spéciale entre époux. Le montant de ce reliquat dépend de la qualité des enfants : enfants communs ou d’un premier lit.

Lorsqu’il s’agit d’enfants communs, le conjoint survivant a en principe le choix entre l’usufruit de la totalité du patrimoine ou le quart en pleine propriété. La donation entre époux lui confère deux options supplémentaires. Il peut ainsi choisir de récupérer 1/4 de la pleine propriété et les 3/4 en usufruit, ou encore la pleine propriété de la quotité disponible.

En revanche, en présence d’enfants issus d’un premier lit, le conjoint perd en principe la possibilité de choisir et reçoit le quart du patrimoine en plein propriété. La donation au dernier vivant fait naître plusieurs options. Le conjoint survivant peut choisir entre la totalité de l’usufruit, 1/4 de la pleine propriété et les 3/4 en usufruit ou la pleine propriété de la quotité disponible.

En l’absence d’enfants, la donation entre époux permet au conjoint survivant de recueillir la totalité du patrimoine du défunt.

Est-il possible de demander la révocation de la donation au dernier vivant ?

Dans un arrêt du 25 octobre 2017, la Cour de cassation a considéré que l’adultère était une cause de révocation de la donation. Ainsi, lorsqu’un des époux entretient des relations extra-conjugales pendant le mariage, les héritiers ont la possibilité de demander la révocation de la donation en cas de décès du conjoint (Cass. 1re civ., 25 oct. 2017, n° 16-21.136).

Il est également possible que deux personnes se revendiquent bénéficiaires d’une donation au dernier vivant. Lorsque deux donations sont consenties au cours de deux unions différentes, sans mention particulière au moment du divorce, la Cour de cassation considère que la seconde donation révoque tacitement celle consentie au premier conjoint (Cass. 1ère Civ., 28 février 2006, n°03-20.150).

Si la donation au dernier vivant confère des droits supplémentaires au conjoint survivant, il n’en demeure pas moins qu’elle peut être source de conflits entre héritiers. Dans ce cas, l’assistance d’un professionnel du droit sera indispensable pour faire valoir vos droits dans la succession.

Nos lecteurs ont aussi aimé

Le don manuel : les pièges à éviter
 
Action en réduction des libéralités ou comment respecter la part réservataire
 
Les dons manuels : à la source de bien des conflits de succession ?
 
Cas pratique : donation au dernier vivant
 
La révocation d'une succession
 
L'imposition des donations aux descendants et les différentes donations
 
Donation ou vente : seule une analyse concrète répondra à la question
 
La donation-partage : l'instrument d'une succession bien préparée
 
La révocation de la donation
 
Enfant du premier lit, peur d'être lésé suite au remariage ?
 
Dons manuels : attention aux conséquences fiscales !
 
La donation indirecte : quelles conséquences dans la succession ?
 
Donation-partage : les contours de l'action en revalorisation des soultes
 
Légataire universel, se défendre en cas de poursuite pour recel successoral
 
Incidences successorales du prêt familial sans intérêts
 
Donation-partage : la clause conventionnelle de variation de la soulte
 
Remise en cause d'une donation : la règle du rapport à la succession
 
Les donations déguisées nécessitent l'intervention d'un avocat expérimenté
 
Intention de libéralité indispensable pour le rapport des donations
 
Don en argent et donation aux enfants : évitez les conflits familiaux et les contentieux avec le fisc
 
Atteinte à la réserve héréditaire: imputation des libéralités et action en réduction
 
Conflit entre héritier réservataire et légataire universel
 
Cour d'appel de Paris, testament olographe et condition suspensive
 
Cour d'appel de Paris : que faire quand l'héritier réservataire refuse de délivrer les biens de la succession ?
 
Prêt familial et donation : faites attention au contrôle fiscal !
 
Don manuel, avance sur succession et conflit entre héritiers
 
Legs résiduels et graduels : les difficultés liées aux legs à charge
 
Donation-partage: outil de gestion de patrimoine source de conflit
 
Donation au dernier vivant entre époux : renonciation et conséquences
 
La possibilité de révoquer tacitement la donation entre époux
 
La réserve héréditaire, source principale de conflit lors de la succession
 
Transmission de patrimoine : donation, un cadeau empoisonné ?
 
Don manuel et succession : attention aux risques de conflits
 
Héritier lésé, comment prouver et contester une donation déguisée ?
 
Récupérer le bien que vous avez donné, est-ce possible ?
 
Le donateur peut-il révoquer la donation pour ingratitude du bénéficiaire ?
 
Les donations : une source abondante de conflits entre héritiers !
 
Héritier : le légataire peut-il remettre en cause les donations ?
 
Succession : poursuivre la révocation tacite du donateur
 
Quand procéder à l’évaluation des biens visés par une donation-partage ?
 
Donation-partage peut-on la contester au moment de la succession du donateur ?
 
Familles recomposées : anticipez les conflits entre votre nouveau conjoint et vos enfants
 
Une nouvelle victoire du notre cabinet en droit des successions devant le TGI
 
Les dons manuels
 
Don manuel et succession : comment ça marche ?
 
Quotité disponible : comment gérer sa transmission de patrimoine ?
 
Non-respect de la réserve héréditaire : pensez à l’action en réduction
 
Succession : Comment avantager un héritier ?
 

Publication
Héritage & Succession est une publication d’Avocats Picovschi avocat au Barreau de Paris