Écrit par : Avocats Picovschi - avocat au Barreau de Paris

Ecrit par : Gary-Alban MARAVILHA, Juriste, Avocats Picovschi

SOMMAIRE

Lorsqu’une personne effectue un testament, elle peut soumettre l’exécution du testament à la réalisation de certaines conditions. Il existe plusieurs types de conditions ayant différents effets. Le 21 mars 2012, la Cour d’appel de Paris a dû examiner la validité d’un testament olographe avec une condition suspensive. Lorsque vous êtes confronté à un testament avec conditions, faites vous accompagner d’un avocat experimenté en droit des successions afin de ne pas commettre d’erreurs.

Les faits de l’arrêt

Une personne est décédée le 8 août 2006. Cette personne vivait en concubinage avec une autre personne depuis de nombreuses années. Le 12 avril 2006 cette personne devait subir une opération importante.

Ne sachant pas quelle pourrait être l’issue de son opération, la personne avait envoyé par fax, le 11 avril 2006, à son banquier, une lettre dans laquelle il expliquait qu’il souhaitait léguer la moitié des sommes figurant sur deux de ses comptes à sa concubine. Toutefois, le défunt avait précisé que cette disposition ne devait prendre effet que s’il lui arrivait un accident lors de l’opération.
 
Or, lors de l’opération aucun accident n’a eu lieu et la personne est décédée le 8 août 2006. Suite à son décès, quatre mois après l’opération, c’est le fils de la personne qui a hérité de la succession de son père.

La concubine a saisi le Tribunal de grande instance de Paris pour faire valoir le fax envoyé au banquier comme testament olographe. Et le fils a interjeté appel afin de faire annuler la décision du Tribunal de grande instance de Paris.

La validité d’un testament olographe

Les juges de la Cour d’appel de Paris se sont interrogés sur la validité et la portée d’une lettre envoyée par fax, à savoir, quelles étaient les dernières volontés du défunt.

Les juges ont d’abord confirmé que la lettre envoyée par le défunt respectait bien les conditions de validité d’un testament olographe. C’est en vertu des articles 967 et 970 du Code civil que se fonde la décision de la Cour d’appel de Paris. En effet, un testament olographe est « écrit en entier, daté et signé de la main du testateur : il n'est assujetti à aucune autre forme ». En l’espèce, le défunt avait envoyé par fax une lettre écrite de sa main, datée et signée. Dès lors, cette lettre pouvait s’analyser comme un testament olographe.

Par conséquent, il en résulte qu’une lettre écrite en entier, datée et signée par la main d’une personne peut constituer un testament olographe. Dès lors, pour faire valoir une lettre comme testament, il est important de se faire assister d’un avocat car lui seul pourra rassembler les éléments essentiels nécessaires à faire valoir un écrit comme testament olographe.

Testament avec conditions suspensives

Lorsqu’un testament est rédigé, il est possible d’y insérer des conditions suspensives. Le but de ces conditions est de soumettre l’exécution du testament à la réalisation d’un évènement. Tant que l’évènement n’est pas réalisé, le gratifié ne pourra pas accéder à son leg.

En l’espèce, dans l’arrêt du 21 mars 2012, le défunt avait déclaré « qu’il souhaitait léguer 50% d’une partie de ses avoirs s’il lui arrivait un accident lors de l’opération ». La Cour d’appel a relevé qu’il existait bien un leg particulier, mais aussi que cette libéralité n’était valable que si le décès du testateur venait à survenir lors de son opération.

Les juges ont considéré que, le testateur n’étant pas décédé le jour de l’opération, la condition n’avait pas été exécutée et que donc, le testament devenait obsolète. En conséquence, la Cour a jugé que la concubine ne pouvait réclamer le leg.

En outre, les juges ont rappelé que lorsque qu’une disposition était « claire, précise et dépourvue de toute ambiguïté », elle ne pouvait être interprétée par les juges. Par ailleurs, le défunt n’avait pas besoin de révoquer le testament puisque la condition suspensive non réalisée suffisait à rendre l’écrit désuet.

Ecrit le 28 Septembre 2012

Sources : LexisNexis, JurisData & Cours suprêmes, Cour d’appel de Paris du 21 mars 20125 n°10/22533.

** Ce que l'on nomme, parfois pudiquement, l'aléa judiciaire nous rappelle que la justice humaine diverge parfois de la JUSTICE. Dans ce domaine, plus peut-être que tout autre, la vérité est difficile à mettre à jour. Aussi, ce qui apparait comme évident sur le plan humain ne l'est pas forcément sur le plan juridique faute d'une traduction de la réalité humaine en réalité juridique. Ce décalage constitue le travail et le talent de l'avocat : à lui de le réduire par sa connaissance parfaite du droit et son expérience professionnelle. Le non-initié ne peut en effet pas prétendre y parvenir, il pourra éventuellement réunir les informations mais leur traduction en termes juridiques adéquats fera défaut. **


 

Nos lecteurs ont aussi aimé

Le don manuel : les pièges à éviter
 
Action en réduction des libéralités ou comment respecter la part réservataire
 
Les dons manuels : à la source de bien des conflits de succession ?
 
Cas pratique : donation au dernier vivant
 
La révocation d'une succession
 
L'imposition des donations aux descendants et les différentes donations
 
Donation ou vente : seule une analyse concrète répondra à la question
 
La donation-partage : l'instrument d'une succession bien préparée
 
La révocation de la donation
 
Enfant du premier lit, peur d'être lésé suite au remariage ?
 
Dons manuels : attention aux conséquences fiscales !
 
La donation indirecte : quelles conséquences dans la succession ?
 
Donation-partage : les contours de l'action en revalorisation des soultes
 
Légataire universel, se défendre en cas de poursuite pour recel successoral
 
Incidences successorales du prêt familial sans intérêts
 
Donation-partage : la clause conventionnelle de variation de la soulte
 
Remise en cause d'une donation : la règle du rapport à la succession
 
Les donations déguisées nécessitent l'intervention d'un avocat expérimenté
 
Intention de libéralité indispensable pour le rapport des donations
 
Don en argent et donation aux enfants : évitez les conflits familiaux et les contentieux avec le fisc
 
Atteinte à la réserve héréditaire: imputation des libéralités et action en réduction
 
Conflit entre héritier réservataire et légataire universel
 
Cour d'appel de Paris : que faire quand l'héritier réservataire refuse de délivrer les biens de la succession ?
 
Prêt familial et donation : faites attention au contrôle fiscal !
 
Don manuel, avance sur succession et conflit entre héritiers
 
Legs résiduels et graduels : les difficultés liées aux legs à charge
 
Donation-partage: outil de gestion de patrimoine source de conflit
 
Donation au dernier vivant entre époux : renonciation et conséquences
 
La possibilité de révoquer tacitement la donation entre époux
 
La réserve héréditaire, source principale de conflit lors de la succession
 
Transmission de patrimoine : donation, un cadeau empoisonné ?
 
Don manuel et succession : attention aux risques de conflits
 
Héritier lésé, comment prouver et contester une donation déguisée ?
 
Récupérer le bien que vous avez donné, est-ce possible ?
 
Le donateur peut-il révoquer la donation pour ingratitude du bénéficiaire ?
 
Les donations : une source abondante de conflits entre héritiers !
 
Héritier : le légataire peut-il remettre en cause les donations ?
 
Succession : poursuivre la révocation tacite du donateur
 
Quand procéder à l’évaluation des biens visés par une donation-partage ?
 
Donation-partage peut-on la contester au moment de la succession du donateur ?
 
Familles recomposées : anticipez les conflits entre votre nouveau conjoint et vos enfants
 
Une nouvelle victoire du notre cabinet en droit des successions devant le TGI
 
Les dons manuels
 
Succession et donation au dernier vivant : comment ça marche ?
 
Don manuel et succession : comment ça marche ?
 
Quotité disponible : comment gérer sa transmission de patrimoine ?
 
Non-respect de la réserve héréditaire : pensez à l’action en réduction
 
Succession : Comment avantager un héritier ?
 

Publication
Héritage & Succession est une publication d’Avocats Picovschi avocat au Barreau de Paris