Dons manuels : attention aux conséquences fiscales !


- avocats au Barreau de Paris | Publié le

En principe les dons manuels ne sont pas susceptibles d’être soumis aux droits de mutation c'est-à-dire que les dons manuels ne peuvent pas être imposables.

Toutefois, la loi a prévu des hypothèses ou l’administration pourra imposer les bénéficiaires. En effet, en droit fiscal tout enrichissement doit être justifié. Quelles sont les hypothèses d’une possible imposition de la donation ? Et comment se prémunir contre tout recouvrement ?

Le Code général des impôts énonce que « Les actes reformant, soit la déclaration par le donataire ou ses représentants, soit la reconnaissance judiciaire d'un don manuel, sont sujets au droit de donation ».

Le donataire, celui qui reçoit le don manuel, peut se voir appliquer une mise en recouvrement des droits de mutation et des pénalités afférentes dès lors que l’Administration constate un enrichissement non justifié. C’est ainsi que dans l’hypothèse de la reconnaissance judiciaire, la Cour de cassation dans un arrêt du 12 octobre 2010 rappelle qu’ « il suffit que la reconnaissance judiciaire prévue par l'article 757 du Code général des impôts figure ou dans les motifs ou dans le dispositif du jugement, qu'elle soit exempte de toute équivoque et qu'il y ait constatation certaine de la transmission de la propriété à titre de libéralité » (Cass., Com., 12 octobre 2010, pourvoi n° 09-70.337).

Les dons manuels peuvent être aussi taxés fiscalement selon le régime des droits de mutation à titre gratuit lorsqu'ils sont déclarés dans un acte par le donataire ou lorsqu'ils sont révélés par le donataire à l'administration fiscale. C’est le cas lorsque le donateur a payé des droits au moment de la donation car les actes étaient soumis à enregistrement. Toutefois, la Cour de cassation dans deux arrêts du même jour a estimé que « si une déclaration de don manuel présentée à la formalité par le donateur ne relève que du seul droit fixe des actes innommés aucun texte ne prévoit que la perception de ce droit rend impossible celle ultérieure des droits de mutation à titre gratuit avant le décès du donataire, de sorte que le fait que le donateur ait, préalablement à l'aveu du donataire, porté le don manuel à la connaissance de l'administration, n'exonère pas le bénéficiaire, seul visé par l'article 757 du Code général des impôts, de remplir ses obligations en la matière lorsqu'il procède de son côté à la déclaration du don, peu important qu'il ne soit pas le seul signataire de l'acte contenant son aveu » (Cass., Com., 4 décembre 2007, pourvoi n° 06-19.251 et n° 06-19.252).

Les droits de donations dus, si le don porte sur une somme d’argent, correspondent à la valeur nominale du don manuel. En revanche, si le don manuel est constitué d’un bien meuble ou immeuble, le recouvrement se fera sur la valeur du bien au jour de la révélation du don et non pas au jour de la donation elle-même.

Nos lecteurs ont aussi aimé

Cour d'Appel d'Aix et Donation déguisée : évolution jurisprudentielle
 
Cour d'appel de Bordeaux, appréciation du caractère déguisé d'une donation
 
Les dons manuels : à la source de bien des conflits de succession ?
 
Cas pratique : donation au dernier vivant
 
La révocation d'une succession
 
L'imposition des donations aux descendants et les différentes donations
 
Donation et vente : est ce que l’intention libérale prévaut ?
 
La donation-partage : l'instrument d'une succession bien préparée
 
La révocation de la donation
 
Donation-partage : les contours de l'action en revalorisation des soultes
 
Légataire universel, se défendre en cas de poursuite pour recel successoral
 
Incidences successorales du prêt familial sans intérêts
 
Donation-partage : la clause prévoyant la variation de la soulte
 
Donations déguisées : comment se défendre ?
 
Intention de libéralité indispensable pour le rapport des donations
 
Donation : éviter les conflits familiaux et contentieux fiscaux
 
Cour d'appel de Paris, testament olographe et condition suspensive
 
Cour d'appel de Paris : que faire quand l'héritier réservataire refuse de délivrer les biens de la succession ?
 
Legs résiduels et graduels : les difficultés liées aux legs à charge
 
Donation-partage: outil de gestion de patrimoine source de conflit
 
La possibilité de révoquer tacitement la donation entre époux
 
Transmission de patrimoine : donation, un cadeau empoisonné ?
 
Don manuel et succession : attention aux risques de conflits
 
Récupérer le bien que vous avez donné, est-ce possible ?
 
Les donations : une source abondante de conflits entre héritiers !
 
Héritier : le légataire peut-il remettre en cause les donations ?
 
Succession : poursuivre la révocation tacite du donateur
 
Quand procéder à l’évaluation des biens visés par une donation-partage ?
 
Familles recomposées : anticipez les conflits entre votre nouveau conjoint et vos enfants
 
Les dons manuels
 
Succession et donation au dernier vivant : comment ça marche ?
 
Don manuel et succession : comment ça marche ?
 
Quotité disponible : comment gérer sa transmission de patrimoine ?
 
Non-respect de la réserve héréditaire : pensez à l’action en réduction
 
Succession : Comment avantager un héritier ?
 
Peut-on révoquer une donation ?
 
Est-il possible de revenir sur une donation au dernier vivant ?
 
Prêt familial : quelles conséquences sur la succession ?
 
Donation partage : quelles conséquences au moment de la succession ?
 
Succession : que faut-il savoir sur les donations ?
 
Succession : à quoi sert l’action en retranchement ?