Donation-partage : les contours de l'action en revalorisation des soultes


- avocats au Barreau de Paris | Publié le

L’hypothèse est celle du bénéfice d’une première donation à un enfant. Lors d’une donation-partage entre tous les enfants, l’acte fait apparaître que la première donation a une valeur plus importante que ladite donation-partage.

Une action en revalorisation peut être alors lancée par un des donataires si la soulte versée rompt l’égalité entre les bénéficiaires. La Cour de cassation a donc apporté une précision sur les conditions de l’exercice de l’action en revalorisation, dans un arrêt récent (Cass., Civ. 1, 9 mars 2011, pourvoi n° 09-71.101).

Détails de l’arrêt

En l’espèce, des époux avaient donné par préciput (par anticipation) à leur fils des actions d'une société aux termes d'un acte stipulant notamment que si la donation excédait la quotité disponible, le donataire conserverait les biens donnés, la réduction se faisant en valeur.

Au décès de l'époux co-donateur, sa veuve a consenti à leurs trois enfants une donation à titre de partage anticipé cumulative de ses biens et de ceux dépendant de la succession de son mari, que ceux-ci acceptaient d'y réunir pour parvenir à un partage unique permettant d'allouer à chacun des héritiers sa part de réserve dans l'une et l'autre des successions.

Compte tenu de la différence de valeur apparue dans ce nouvel acte pour les actions objet de la première donation, celle-ci a fait l'objet d'une réduction. Ainsi, le fils donataire s’est retrouvé tenu de payer à ces sœurs une indemnité, une soulte constituant la différence de valeur entre les deux actes de donation.

L'une des sœurs  a assigné sa sœur et son frère pour obtenir la revalorisation de la soulte mise à la charge de ce dernier, en faisant valoir que les conditions de l'article 833-1 du Code civil (dans sa rédaction au moment des faits) qui fixe les modalités de revalorisation des soultes payables à terme, étaient remplies.

La Cour d'appel de Montpellier a retenu que « l’acte du 30 avril 1998 suit les règles des donations entre vifs pour tout ce qui concerne l’imputation, le calcul de la réserve, la réduction et que lui sont applicables les dispositions selon lesquelles l’action en réduction ne peut être introduite avant le décès de l’ascendant qui a fait le partage, l’épouse du co-donateur en l’occurrence ».

La Cour de cassation, dans son arrêt du 9 mars 2011, censure la décision de la Cour d’appel en considérant que « l’action en revalorisation d’une soulte ou d’une indemnité due à raison de la réduction d’une libéralité faite à un successible prévue par les premiers des textes susvisés est étrangère à l’action en réduction ».

La Cour de cassation précise bien que les conditions de l’action en revalorisation ne doivent pas se confondre avec celles de l’action en réduction. En effet, cette dernière ne peut être introduite qu'après le décès du disposant.

Les actions en revalorisation, à la suite de donations, ne sont pas simples à appréhender pour les particuliers.


Source : Cour de cassation, Première chambre civile, 9 mars 2011, n°09-71.101

Nos lecteurs ont aussi aimé

Cour d'Appel d'Aix et Donation déguisée : évolution jurisprudentielle
 
Cour d'appel de Bordeaux, appréciation du caractère déguisé d'une donation
 
Les dons manuels : à la source de bien des conflits de succession ?
 
Cas pratique : donation au dernier vivant
 
La révocation d'une succession
 
L'imposition des donations aux descendants et les différentes donations
 
Donation et vente : est ce que l’intention libérale prévaut ?
 
La donation-partage : l'instrument d'une succession bien préparée
 
La révocation de la donation
 
Dons manuels : attention aux conséquences fiscales !
 
Légataire universel, se défendre en cas de poursuite pour recel successoral
 
Incidences successorales du prêt familial sans intérêts
 
Donation-partage : la clause prévoyant la variation de la soulte
 
Donations déguisées : comment se défendre ?
 
Intention de libéralité indispensable pour le rapport des donations
 
Donation : éviter les conflits familiaux et contentieux fiscaux
 
Cour d'appel de Paris, testament olographe et condition suspensive
 
Cour d'appel de Paris : que faire quand l'héritier réservataire refuse de délivrer les biens de la succession ?
 
Legs résiduels et graduels : les difficultés liées aux legs à charge
 
Donation-partage: outil de gestion de patrimoine source de conflit
 
La possibilité de révoquer tacitement la donation entre époux
 
Transmission de patrimoine : donation, un cadeau empoisonné ?
 
Don manuel et succession : attention aux risques de conflits
 
Récupérer le bien que vous avez donné, est-ce possible ?
 
Les donations : une source abondante de conflits entre héritiers !
 
Héritier : le légataire peut-il remettre en cause les donations ?
 
Succession : poursuivre la révocation tacite du donateur
 
Quand procéder à l’évaluation des biens visés par une donation-partage ?
 
Familles recomposées : anticipez les conflits entre votre nouveau conjoint et vos enfants
 
Les dons manuels
 
Succession et donation au dernier vivant : comment ça marche ?
 
Don manuel et succession : comment ça marche ?
 
Quotité disponible : comment gérer sa transmission de patrimoine ?
 
Non-respect de la réserve héréditaire : pensez à l’action en réduction
 
Succession : Comment avantager un héritier ?
 
Peut-on révoquer une donation ?
 
Est-il possible de revenir sur une donation au dernier vivant ?
 
Prêt familial : quelles conséquences sur la succession ?
 
Donation partage : quelles conséquences au moment de la succession ?
 
Succession : que faut-il savoir sur les donations ?
 
Succession : à quoi sert l’action en retranchement ?