Héritiers réservataires : quels sont vos droits dans la succession ?


Par Avocats Picovschi - avocats au Barreau de Paris | Publié le 05/07/2019

SOMMAIRE

Le droit français interdit d’écarter les enfants de la succession de leurs parents. En effet, les enfants ont la qualité d’héritiers réservataires, ce qui leur assure en principe une part non réductible dans la succession de leur parent. A côté de la réserve héréditaire, le défunt dispose d’une quotité disponible qui lui permet d’avantager la personne de son choix. Le montant de la réserve héréditaire et de la quotité disponible dépendra alors du nombre d’enfants du défunt. Focus sur les droits des héritiers réservataires.

Qui sont les héritiers réservataires ?

Lorsqu’une personne décède, ses enfants ont la qualité d’héritiers réservataires. Depuis la loi du 3 décembre 2011 relative aux droits du conjoint survivant et des enfants adultérins, il n’y a plus de distinction entre enfant naturel, légitime et adultérin. De ce fait, tous se voient attribuer la qualité d’héritier réservataire. Il en va de même de l’enfant adopté lorsque la requête en adoption a été déposée avant le décès de l’adoptant.

La qualité d’héritier réservataire est d’une grande importance au moment du règlement de la succession dans la mesure où elle octroie une part non réductible de la succession aux héritiers concernés.

En l’absence d’enfant, le conjoint survivant est un héritier réservataire. Il a alors à recevoir un quart du patrimoine du défunt.

Si le défunt ne laisse derrière lui ni enfants ni conjoint survivant, aucun héritier n’aura la qualité d’héritier réservataire. Il pourra donc disposer librement de l’intégralité de son patrimoine au moyen d’un testament. Il n’en demeure pas moins que les parents disposent parfois d’un droit de retour sur certains biens dont le défunt a bénéficié de son vivant par donation.

Réserve héréditaire : quels sont les droits de chacun ?

Le montant de la réserve héréditaire dépend du nombre d’enfant. L’article 913 du Code civil dispose ainsi que « les libéralités, soit par actes entre vifs, soit par testament, ne pourront excéder la moitié des biens du disposant, s'il ne laisse à son décès qu'un enfant ; le tiers, s'il laisse deux enfants ; le quart, s'il en laisse trois ou un plus grand nombre. »

Votre père décédé laisse derrière lui un patrimoine de 900 000 euros ? Si vous êtes enfant unique, votre réserve héréditaire sera de 450 000 euros. Si vous êtes deux enfants, votre réserve héréditaire sera de 300 000 euros chacun. En présence de trois enfants ou plus, le défunt peut disposer de 225 000 euros librement. Il s’agit de la quotité disponible. Les 675 000 euros restants seront alors répartis équitablement entre tous les héritiers.

Qu’est-ce que la quotité disponible spéciale entre époux ?

Outre la quotité disponible ordinaire qui permet au défunt de gratifier les proches de son choix (enfant, ami, voisin, etc.), il existe une quotité disponible spéciale entre époux. Le législateur permet ainsi au défunt d’avantager le conjoint survivant en lui octroyant une part de la succession plus importante.

L’article 1094-1 du Code civil dispose à ce titre que le défunt peut au choix octroyer au conjoint survivant :

  • La quotité disponible
  • ¼ des biens en pleine propriété et les ¾ en usufruit
  • L’usufruit de la totalité des biens

Il convient toutefois de préciser qu’en l’absence d’enfant, le défunt peut se voir octroyer la totalité de la succession.

Peut-on vous demander de renoncer à exercer votre droit de réserve ?

L’article 722 du Code civil prohibe en principe les pactes sur succession future. Tous les actes ayant des effets définitifs sur une succession qui n’est pas encore ouverte sont de ce fait interdits. Il n’en demeure pas moins que les héritiers réservataires majeurs peuvent renoncer au bénéfice du droit à la réserve au profit d’une personne déterminée.

La renonciation étant un acte lourd de conséquence, elle devra se faire au moyen d’un acte authentique établi devant deux notaires. Elle pourra porter soit sur une partie, soit sur l’intégralité de la réserve héréditaire.

Vous vous posez des questions qui relèvent du droit des successions ? Venez consulter notre forum dédié à ces problématiques !

Nos lecteurs ont aussi aimé

La qualité d'héritier : absence d'indignité
 
Acceptation à concurrence de l'actif net d'une succession
 
Testament : que voulait vraiment le défunt ?
 
Succession : les avantages du don Tepa
 
L'option successorale : bien se préparer
 
Les aides sociales : la récupération sur succession
 
Renoncer à une succession pour favoriser un proche
 
L'option successorale : accepter ou renoncer à la succession ?
 
Préparer sa succession : comment utiliser la quotité disponible ?
 
Droit du conjoint survivant : succession du défunt sans enfant
 
Acceptation de la succession par le créancier de l'héritier renonçant
 
L'enfant indigne n'a pas le droit à la qualité d'héritier
 
Renoncer à une succession : quelles conséquences pour les héritiers ?
 
Succession : Comment prouver sa qualité d’héritier ?
 
L’option successorale : quand deux décès rapprochés compliquent la donne !
 
Affaire classée : les inégalités entre héritiers devenues incontestables
 
Décès simultanés : comment débloquer ces successions ?
 
Droit des successions et prescription : quel délai pour agir ?
 
Familles recomposées : comment s’organise la succession ?
 
Droits de succession et adoption simple : quelle est la norme ?
 
Qui hérite en absence d’enfants et de conjoint survivant ?
 
Succession et famille recomposée : comment ça marche ?
 
Quels sont les droits du conjoint survivant en l’absence d’enfant ?
 
Succession : quels sont les droits des enfants en cas de remariage ?