Usufruit universel : pas de sanction de recel successoral


- avocats au Barreau de Paris |
Mis à jour le 21/04/2015 Publié le

Les donations au dernier vivant proposent au conjoint survivant le choix entre plusieurs options. Il est notamment question pour ce dernier, de choisir entre un usufruit portant sur la totalité des biens du conjoint défunt, un quart en pleine propriété avec trois quarts en usufruit ou encore la quotité disponible ordinaire. Toutefois, que se passe-t-il lorsque le conjoint exerce son option et que les héritiers considèrent que les biens ou sommes de la succession doivent être réintégrés dans celle-ci ?

C'est à cette question que la première chambre civile de la Cour de cassation a répondu dans un arrêt récent du 29 juin 2011 (Cass., Civ. 1, 29 juin 2011, pourvoi n°10-13.807).

Dans cette affaire, M. Y est décédé le 26 juin 1998, en laissant pour lui succéder trois enfants issus de deux premiers mariages et Mme X, son épouse en troisième noces commune en biens, à laquelle il avait fait donation le 13 juin 1980, pour le cas où elle lui survivrait, à son choix, de l'usufruit de l'universalité de tous les biens et droits immobiliers et mobiliers qui composeront sa succession sans aucune exception, ou du quart en pleine propriété et des trois quarts en usufruit, ou de la quotité disponible ordinaire.

La veuve avait opté pour l'usufruit de l'universalité de la succession de son époux et avait de ce fait commencé à utiliser les sommes présentes sur le compte commun. Les enfants du défunt l'accusent alors de recel successoral et demandent que celle-ci rapportent les sommes prélevées sur le compte commun dans la succession.

La cour d'appel de Montpellier condamne la veuve et accueille la demande des héritiers réservataires. En effet, la juridiction d'appel considère que la compagne s'est rendue coupable de recel successoral concernant la somme de 60.979,71 €. La compagne s'est donc vue condamnée à restituer cette somme à MM. Jean-Louis et Bernard X..., en leur qualité d'héritier réservataire. De plus, elle n'aurait plus la possibilité de prétendre à aucune part de cette somme divertie dans les opérations de liquidation partage de la succession.

Pour censurer la décision de la Cour d'appel, la Cour de cassation retient qu' « en l'absence d'indivision entre l'usufruitier et les nus-propriétaires, dont les droits sont de nature différente, il ne peut y avoir lieu à partage entre le premier et les seconds ; qu'ainsi, faute de partage, le conjoint commun en biens survivant usufruitier de la totalité de la succession de son époux précédé ne peut commettre un recel d'un effet de la succession au préjudice des héritiers, ceux-ci n'ayant de droit qu'en nue-propriété dans la succession de leur auteur ». Ici, la Cour reproche à la cour d'appel de Montpellier d'avoir décidé que Mme Y... s'est rendue coupable du recel d'une somme de 60.979,61 € dépendant de la succession de son époux prédécédé peu important l'option successorale choisie. Alors même que celle-ci « ne pouvait fausser les opérations de partage à son profit dans la mesure où, en raison de l'option choisie en exécution de la donation entre époux du 13 juin 1980, elle était seule usufruitière de l'intégralité des biens successoraux ».

D'après les conclusions de la cour d'appel, la Haute cour estime qu' « ayant opté pour l'usufruit de la totalité de la succession de son époux prédécédé, Mme Y... devenait de plein droit propriétaire de la somme de 60.979,61 € dépendant de l'actif successoral et avait titre pour en disposer, de sorte qu'elle ne pouvait se rendre coupable de recel ».

Nos lecteurs ont aussi aimé

Cour d'appel de Rouen, appréciation de la révocation d'une donation
 
Cour d'appel de Paris : la mise en oeuvre de la responsabilité du notaire
 
Cour d'Appel d'Aix en matière de succession : la faute du notaire
 
Cour d'Appel de Grenoble et succession: la faute du notaire
 
Sanction de l'irrespect de dictée, la nullité du testament authentique
 
Rente non payée : le bien doit-il être réintégré à la succession ?
 
Faux testament : demander une expertise en écriture
 
Succession : la preuve de l’invalidité du testament par l’héritier
 
Les conflits entre héritier réservataire et légataire universel
 
Successions bloquées : quels contentieux possibles ?
 
Donation au dernier vivant, legs et recel successoral
 
Blocage de succession : comment faire face ?
 
Action en retranchement et révocation de l'adoption, quelles conséquences sur la succession ?
 
Sortir d’une succession bloquée : pensez-vous y parvenir seul ?
 
Conflit entre l’héritier légataire universel et les autres héritiers : que faire ?
 
Les héritiers peuvent-ils avoir accès aux données personnelles du défunt ?
 
Liquidation de succession, comment s’en sortir ?
 
Ces personnes prêtes à tout pour hériter !
 
Régler et valoriser la succession : comment faire ?
 
La liquidation du régime matrimonial d’un divorce antérieur a-t-il des conséquences sur la succession ?
 
Succession qui traine : comment débloquer la situation ?
 
Héritage et conflits entre héritiers : en sortir
 
Succession bloquée par un héritier : que faire ?
 
Succession bloquée : comment régler les conflits entre frères et sœurs ?
 
Héritier réservataire et légataire universel : quelle articulation ?
 
Créanciers : comment vous faire rembourser après le décès du débiteur ?
 
Que faire lorsqu’un héritier bloque une succession ?
 
Quel est le rôle du médiateur du notaire en matière de succession ?
 
Succession bloquée : pensez à la sommation d’opter
 
Anomalies dans un acte authentique : quelles conséquences ?