Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Déblocage des successions et détournement d'héritage

Succession et ISF : Avocats PICOVSCHI s'est illustré dans la défense de vos droits !

| Publié le 15/10/2014

Ecrit par : Charlotte MARTINEAU, Juriste, Avocats Picovschi

SOMMAIRE

Lors du décès de l’un de vos proches, vous avez rencontré des difficultés dans la succession. Un premier jugement a été rendu en votre faveur et vous avez assumé seul les charges fiscales. Plusieurs années après, un autre héritier obtient un jugement favorable en appel, remettant ainsi en cause le partage initial. Vous pouvez agir afin demander à l’administration fiscale le remboursement des sommes trop versées, à charge pour elle de se retourner contre le ou les autres héritiers. Avocats PICOVSCHI s’est récemment illustré dans la défense des droits de ses clients sur ce point, en remportant deux affaires comme nous vous l’expliquons ci-après.

L’atout de l’avocat dans le dénouement d’une succession bloquée

Le temps d’une succession n’est jamais chose facile et lorsque des complications viennent s’ajouter les unes aux autres, la situation peut rapidement s’avérer délicate à gérer. Il n’est ainsi pas rare que des différends entre les héritiers eux-mêmes surviennent, rendant le partage de la succession encore plus complexe, avec même des risques de remise en cause.

Les sources de conflit sont nombreuses : mésentente entre les héritiers pour le partage de l’héritage, désaccord entre indivisaires au sujet d’un bien, contestation d’un testament ou d’une assurance-vie lésant certains héritiers

La rencontre d’intérêts antagonistes est susceptible d'entraîner un blocage de la succession. L’attente d’un dénouement peut ainsi se compter en années, sans pour autant être gage du respect des droits de chacun. Dès lors, l’intervention d’un avocat expérimenté en Droit des successions a des chances de faciliter un déblocage rapide par la mise en œuvre d'actions adéquates, dans l'intérêt des héritiers qui lui confient la défense de leur dossier.

En présence d’un testament, l’avocat expert sera en mesure d'apporter sa connaissance de la matière successorale, à des fins de contestation, lorsque ce testament ne reflète pas les réelles volontés du défunt ou porte atteinte à la part réservataire de ses descendants, par exemple.

En cas de découverte d’éléments nouveaux dans la succession, tels que l’existence d’héritiers insoupçonnés ou la révélation d’un testament, le partage effectué à l'origine peut être remis en cause. En plus du choc psychologique éventuel, cela soulève également et surtout, des problématiques fiscales au regard de l’impôt déjà payé au titre des droits de succession.

Les problématiques de l'ISF dans le règlement d’une succession

Lorsque la véritable succession est rétablie, il y a remise en cause du partage initialement effectué. Il faut alors tirer les conséquences de la décision définitive, tant sur le plan matériel que fiscal.

Dans les affaires défendues par notre cabinet, les clients étant héritiers uniques avaient à chaque fois procédé à la déclaration de l’intégralité des biens composant la succession auprès des services des impôts, ce qui leur a valu d’être assujettis à l’ISF.

Or, ces partages ont par la suite été remis en cause par des décisions de justice.

Dans la première affaire, un testament en faveur d’un tiers a ainsi été reconnu comme valable par les tribunaux, octroyant à l’héritier initial non pas l’intégralité de l’héritage, mais la moitié, correspondant à sa part réservataire en tant qu’unique descendant du défunt.

Dans la seconde affaire, après s’être vu attribuer l’intégralité de la succession en usufruit, un conjoint survivant a obtenu par décision de justice le quart de la propriété des biens du défunt.

Dès lors, la situation fiscale des héritiers a été modifiée par ces décisions exécutoires des tribunaux.

Leur part d’héritage étant finalement moindre que celle déclarée à l'origine aux services fiscaux, ces héritiers ont en réalité payé l’ISF sur des biens ne leur appartenant pas.

Ce paiement indu ouvre droit à un remboursement de la part de l’administration fiscale, à condition d’exercer ce droit dans les délais impartis. Le recours à un avocat fiscaliste s’avère alors un véritable atout. Souvent, lui seul est au fait des brefs délais d’action et de la nature exacte des démarches précises à mettre en œuvre.

L’avocat vous assiste ainsi dans vos réclamations administratives contentieuses, aux fins d'obtenir le remboursement du trop versé d’impôt sur la fortune. A charge pour le fisc de se retourner contre le véritable redevable de l’impôt, issu du nouveau partage de la succession.

Dès la réception du jugement modifiant la situation successorale, un travail important et rigoureux de réflexion est à effectuer par l’avocat, notamment en présence d’assurances-vie puisque celles-ci se situent hors succession.

Dans les deux affaires portées par notre cabinet, les clients ont pu voir leurs droits reconnus, clôturant de manière très positive des successions litigieuses.

 

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Les lecteurs d'Héritage Succession ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.