Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Déblocage des successions et détournement d'héritage

L'abus de faiblesse et l'avocat

| Publié le 28/02/2012

Ecrit par : Gérard Picovschi, Avocats Picovschi

Avocats Picovschi

Missionner un avocat afin de porter plainte pour abus de faiblesse est délicat et une fine analyse juridique et humaine s'impose.

L'affaire Liliane  BETTENCOURT, dont le caractère médiatique porte atteinte à la présomption d'innocence, cristallise cette problématique cornélienne.

La presse dans sa grande majorité vilipende Monsieur François-Marie BANIER, qui se voit reprocher, outre sa qualité de « photographe », le détournement de la somme colossale d'un milliard d'euros.

Cette somme fait frémir le commun des mortels par sa conversion en années de travail d'un salarié smicard !

On peut  aisément comprendre les motivations de la fille de Madame BETTENCOURT, Madame Françoise MEYERS-BETTENCOURT, de ne pas voir son héritage être détourné ou dilapidé.

A ce dossier, exorbitant par son enjeu, se greffe un scandale politico-médiatique.

Monsieur Eric WOERTH et l'UMP auraient bénéficié des « largesses » de Madame BETTANCOURT  et  Monsieur Eric WOERTH serait  même allé jusqu'à faire recruter son épouse par  Monsieur  Patrice de MAISTRE, gestionnaire de la fortune de Madame BETTENCOURT.

Si l'on ne peut que souhaiter la plus grande liberté de la presse, imaginons que tout cela soit faux !

Ou simplement exagéré !

Ou même qu'aucune infraction pénale notamment d'abus de faiblesse ne soit constituée !

Donc, qu'aucune sanction ne puisse être prononcée !

Ou pire : que Madame Liliane BETTENCOURT, parfaitement saine d'esprit, n'ait fait que disposer librement de ce qui lui appartient !

Après tout, depuis toujours les unions entre hommes et femmes supposent une relation matérielle et économique.

Outre le devoir de fidélité, le mariage n'entraine-t-il  pas selon le Code Civil les devoirs  purement économiques de secours et d'assistance ?

Pendant des siècles le mariage avait pour objectif de procurer à l'épouse subsistance et de ne pas morceler la terre…

Aujourd'hui, il n'est plus question de se formaliser d'une différence d'âge ou de condition…

Ce dossier, comme tout dossier d'abus de faiblesse, sera délicat à apprécier.

Certes, les parties auront les moyens de se doter des services de bons avocats et il ne fait nul doute que les magistrats seront choisis pour leur compétence.

Le Tribunal va devoir statuer en appréciant finement l'application de l'article 223-15-2 du Code Pénal qui dispose que :

« Est puni de trois ans d'emprisonnement et de 375000 euros d'amende l'abus frauduleux de l'état d'ignorance ou de la situation de faiblesse soit d'un mineur, soit d'une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente et connue de son auteur, soit d'une personne en état de sujétion psychologique ou physique résultant de l'exercice de pressions graves ou réitérées ou de techniques propres à altérer son jugement, pour conduire ce mineur ou cette personne à un acte ou à une abstention qui lui sont gravement préjudiciables.
   Lorsque l'infraction est commise par le dirigeant de fait ou de droit d'un groupement qui poursuit des activités ayant pour but ou pour effet de créer, de maintenir ou d'exploiter la sujétion psychologique ou physique des personnes qui participent à ces activités, les peines sont portées à cinq ans d'emprisonnement et à 750000 euros d'amende ».

Il faudra apprécier ces critères requis pour que l'infraction d'abus de faiblesse soit constituée avec précision.

A défaut, il ne peut y avoir de condamnation sur ce fondement.

Tout ce déferlement médiatique serait alors sans fondement !

Du moins sur le plan pénal.

Il reste alors le plan civil, cadre dans lequel peut se discuter un « détournement de succession ou de patrimoine ».

De manière plus sereine puisqu'il n'est plus question de sanction pénale.

Toujours est-il  qu'une fine analyse juridique s'impose avant de diligenter une procédure pour abus de faiblesse.

 

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Les lecteurs d'Héritage Succession ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.