Point sur les démarches procédurales en matière de succession


- avocats au Barreau de Paris | Publié le

Le décès d’un proche, en plus d’être une épreuve morale difficile à outrepasser, soulève bien souvent pour les héritiers de nombreuses questions vis à vis de la succession.

Comment ouvrir la succession ?

Il est dans quasiment tous les cas indispensables d’avoir recours à un notaire. Il sera nécessaire de fournir un certain nombre de documents afin que celui-ci puisse établir la liste des personnes qui sont appelées à recueillir la succession (héritiers et autres), les biens de la succession... Il est possible d’avoir recours au notaire de son choix. C’est ce dernier qui est compétent pour vérifier et vous confirmer s’il existe ou non un testament.

Qui sont les héritiers à une succession ?

Un certain nombre de qualités sont requises pour pouvoir prétendre à hériter. Il faut, en premier lieu que l’héritier existe, c'est-à-dire, d’après l’article 725 du Code civil, exister à l’instant de l’ouverture de la succession ou être déjà conçu et naître viable. Ensuite, l’héritier ne doit pas être frappé d’indignité. Petit rappel : il n’est pas possible pour les parents de déshériter leurs enfants sauf pour les cas fixés par la loi

En présence d’un testament, les légataires auront également vocation à hériter.

Quels sont les taux de droits de succession ?

Les successions sont soumises à des impôts. Cependant cet impôt sur la succession varie selon les héritiers : pour savoir exactement à quels droits de succession vous serez soumis, vous pouvez consulter le barème en vigueur pour les droits de succession et de donation sur notre site.

Suis-je obligé d’accepter la succession ?

La succession se divise en deux pans : l’actif et le passif. L’actif représente l’ensemble des sommes qui sont disponibles pour les héritiers, et le passif les dettes du défunt qui seront à la charge des héritiers. Les héritiers ont le choix, c’est ce qu’on appelle l’option successorale : ils peuvent accepter purement et simplement la succession, l’accepter à concurrence de l’actif net ou encore y renoncer.

Quelles sont les autres formalités à effectuer ?

Dès que la succession est ouverte, une déclaration de succession doit être déposée au centre des finances publiques (celui le plus proche du domicile de la personne décédée), ou au service des impôts dans les cas où le défunt avait établi son domicile en dehors de la France. Il est nécessaire que l’héritier ou les héritiers remplissent un formulaire. Si un notaire s’occupe de la succession alors ce dernier peut lui-même se charger d’effectuer toutes les formalités de déclaration.

Quels sont les délais ?

Dès que la succession est ouverte, les héritiers ont 4 mois pour exercer leur option successorale, et donc accepter ou renoncer à la succession. Une fois que ce délai est passé et qu’aucune décision n’a encore été rendue, alors, certaines personnes désignées auront le droit d’obliger l’héritier silencieux de se prononcer sur le choix qu’il souhaite prendre. Dans l’hypothèse où personne n’exerce cette contrainte, l’héritier dispose de 10 ans afin de se prononcer sur son option successorale, sans quoi il sera considéré comme ayant renoncer à la succession.

Concernant la déclaration de succession elle doit être déposée 6 mois après le décès au fisc sous peine de voir les droits de successions dus majorés chaque année.

Que faire en cas de problème ?

Il faudra vous faire aider en cas de litige, si la succession est compliquée, ou bloquée. Les successions sont en effet souvent à la source de conflits familiaux :

- familles recomposées : les enfants de votre belle-mère ont-ils des droits sur la succession de votre père ? et sur celle de votre propre mère ?

- abus de faiblesse : une personne exerce des pressions à l’encontre de votre grand-mère afin que celle-ci change les bénéficiaires de son assurance vie, que faire?

- recel de succession : votre oncle effectue des retraits bancaires d’un montant très important sur le compte de votre grand-père, que faire ?

- succession internationale : comment se règle la succession ?

Nos lecteurs ont aussi aimé

Pacte sur succession future : quand est-ce autorisé ?
 
Les pactes sur succession future
 
Succession : protéger son concubin au moyen d'une tontine
 
Les pactes ou conventions sur succession futures
 
Inventaire de la succession : les conséquences juridiques
 
Patrimoine important : faire administrer sa succession
 
comment bien préparer sa succession et prévenir les conflits ?
 
Gros patrimoines, héritages importants : les différents types de mandats
 
Organiser sa succession : pour prévenir les conflits, pensez au legs
 
Testament-partage : héritiers, réclamez votre legs?
 
Le caractère insaisissable de l'assurance-vie soulevé dans l'affaire Tapie
 
Donataires : comment protéger vos donations face aux héritiers réservataires ?
 
Testament-partage et risque de conflits entre héritiers
 
La transmission d'un patrimoine sur plusieurs générations
 
Conflit entre les héritiers et une fondation, la Cour d’appel de Paris se prononce
 
Privilégier certains héritiers : quelles conséquences sur les droits successoraux ?
 
De ISF à l’IFI : anticipez la réforme… et pensez à organiser votre succession !
 
Successions et cryptomonnaies : de nouveaux casse-têtes en perspective
 
Comment transmettre mon patrimoine immobilier ?
 
Comment exprimer ses dernières volontés ?
 
Succession : comment protéger un enfant invalide ?
 
Majeur sous tutelle : comment faire un testament ?
 
Biens immobiliers : comment organiser votre succession ?