Privilégier certains héritiers : quelles conséquences sur les droits successoraux ?


Par Avocats Picovschi - avocat au Barreau de Paris |
Mis à jour le 27/07/2016 Publié le 11/12/2015

Avocats Picovschi

SOMMAIRE

S’il est interdit de déshériter ses descendants, des solutions existent pour privilégier l’un de ses enfants ou transmettre une partie de son patrimoine à un proche exclu de la succession… À condition toutefois de ne pas léser les héritiers réservataires. Avocats PICOVSCHI vous explique les conséquences d’une telle démarche sur les droits successoraux et vous aide à prévenir tout conflit éventuel.

Peut-on déshériter un enfant ?

En droit français, sauf cas d’indignité, un parent ne peut de sa propre initiative déshériter ses enfants, en raison de la qualité de réservataires que la loi leur réserve. Autrement dit, un père ou une mère ne pourra par le biais d’un testament, léguer la totalité de sa fortune à un tiers ou à l’un de ses enfants.

Néanmoins, il convient de préciser qu’en droit international privé, un débat existe sur ce sujet. Avec l’entrée en vigueur du Règlement Européen à la date du 17 août 2015, le défunt peut avoir de son vivant exprimé son choix, notamment par voie testamentaire, de soumettre sa succession à une loi d’un État signataire ou tiers ne connaissant pas les règles relatives à la qualité de réservataire.

Sachez que si vous ne pouvez pas déshériter l’un de vos enfants et devez respecter le principe de la réserve héréditaire (en présence  d’un conjoint et d’enfants), des solutions sont à votre portée pour organiser la transmission de votre patrimoine et transmettre vos biens aux personnes souhaitées: la donation, le testament, l’assurance-vie (considérée en temps normal comme étant hors part successorale)… Attention toutefois à ne pas porter atteinte aux droits successoraux des autres héritiers réservataires, sous peine que les enfants bénéficiaires de l’avantage soient appelés à rapporter les biens à la succession.

Vous souhaitez privilégier un de vos enfants au détriment d’un autre ou vous êtes un héritier réservataire et vous soupçonnez une atteinte à vos droits successoraux en raison des dispositions prises par votre parent avant son décès ? L’assistance d’un avocat rompu au droit des successions est conseillée afin de déterminer vos droits dans le cadre de la succession et de défendre au mieux vos intérêts.

La distinction entre réserve héréditaire et quotité disponible

En présence d’héritiers réservataires (descendants du défunt, conjoint survivant), l’article 912 du Code civil prévoit que la succession d’un individu est scindée entre la réserve héréditaire, revenant à ces derniers, et la quotité disponible, qui correspond à la part successorale laissée à la libre volonté du défunt.

Définir leur étendue permet d’apprécier les éventuelles atteintes portées aux droits successoraux des réservataires. Ces atteintes trouvent leur origine dans les libéralités (donations, legs…) effectuées par le défunt au profit de ses enfants ou de tiers.

Ainsi, si le défunt est libre de disposer des biens relevant de la quotité disponible, il ne pourra le faire que dans la limite des droits disponibles. En cas de dépassement sur la réserve héréditaire, les héritiers lésés seront en droit de solliciter le retour des droits cédés par libéralités au sein celle-ci.

Ainsi, que vous souhaitiez anticiper tout conflit lors de votre succession, que vous soyez héritier et que vous vous estimiez lésé, ou encore que vous soyez bénéficiaire d’un legs, d’une assurance vie...contesté par les héritiers réservataires… l’intervention de l’avocat en droit des successions sera indispensable pour faire la lumière sur la situation et vérifier si atteinte à la réserve il y a. L’avocat est là pour veiller à la préservation de vos droits. Il effectuera les démarches nécessaires, prendra attache avec le notaire en charge de la succession et les interlocuteurs concernés (banques, compagnies d’assurance...). Avocats Picovschi, met son expérience de plus de 25 ans à votre service en matière de droit des successions et transmission de patrimoine. N’hésitez pas à nous contacter.

Nos lecteurs ont aussi aimé

Pacte sur succession future : quand est-ce autorisé ?
 
Succession : protéger son concubin au moyen d'une tontine
 
Les pactes ou conventions sur succession futures
 
Inventaire de la succession : les conséquences juridiques
 
La réforme des successions du 23 juin 2006
 
Récapitulatif sur les démarches procédurales en matière de succession
 
Patrimoine important : faire administrer sa succession
 
Patrimoine important, héritiers réservataires, conjoint survivant : bien préparer sa succession avant décès et éviter les problèmes futurs
 
Gros patrimoines, héritages importants : les différents types de mandats permettant de simplifier la gestion de la succession
 
Organiser sa succession : pour prévenir tout risque de conflit futur, pensez aux legs
 
Testament-partage : héritiers, réclamez votre legs?
 
Le caractère insaisissable de l'assurance-vie soulevé dans l'affaire Tapie
 
Donataires : comment protéger vos donations face aux héritiers réservataires ?
 
Héritier : comment se défendre face à un légataire ?
 
Testament-partage et risque de conflits entre héritiers
 
La transmission d'un patrimoine sur plusieurs générations
 
Donation au dernier vivant : attention aux conflits avec les descendants
 
Enfants du 1er lit vs seconde épouse : quels sont leurs droits dans la succession ?
 
Conflit entre les héritiers et une fondation, la Cour d’appel de Paris se prononce
 
De ISF à l’IFI : anticipez la réforme… et pensez à organiser votre succession !
 
Successions et cryptomonnaies : de nouveaux casse-têtes en perspective