Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Transmission de patrimoine et d'entreprise : laissez faire l'avocat

Succession agricole et viticole : anticipez la transmission de votre exploitation

| Publié le 14/12/2016

Avocats Picovschi

illustration de l'article

SOMMAIRE

Vous êtes le propriétaire d’une exploitation agricole ou viticole et vous vous interrogez sur la transmission de cette dernière. Vous souhaitez pacifier les relations entre vos futurs héritiers et vous assurer que chacun reçoive sa part, que personne ne soit lésé ou ne se sente mis de côté. Vous souhaitez anticiper, vous avez raison ! Qui mieux qu’Avocats Picovschi pour vous accompagner dans ce projet.

La succession d’une exploitation agricole et viticole : source de conflits

Il est fréquent, malheureusement, d’assister à des conflits entre héritiers lors du partage d’une exploitation agricole. Ces conflits sont exacerbés en l’absence d’indication de la part du défunt qui laisse alors une situation compliquée pouvant mener vers un blocage de la situation.

Les exemples sont nombreux. Les plus courants portent sur l’attribution préférentielle, mécanisme qui permet d’attribuer à un héritier le bien dans sa totalité à charge pour lui de verser une indemnité à ses héritiers. Le conflit se cristallisera le plus souvent sur le montant de la soulte, certain s’estimant lésé, d’autres refuseront de voir leur frère à la tête de l’entreprise et ainsi s’opposeront au principe même de l’attribution.

Le conjoint survivant peut également être au centre du conflit, notamment dans le cadre d’un remariage. L’époux peut estimer injuste d’avoir aidé son conjoint sa vie durant dans l’exploitation sans aucune contrepartie et demander ainsi au jour de la succession une indemnité compensatrice, appelée créance de salaires différés.

Enfin, il est courant que les héritiers ne s’entendent pas sur la valeur de l’exploitation. En effet, une telle évaluation peut se révéler très complexe notamment à cause de la variété d’éléments qui la composent : éléments corporels (bâtiment, machine…), éléments incorporels (brevet, marque…). A cela s’ajoute l’aspect sentimental, très important dans ce type de bien, rendant parfois les discussions houleuses.

Anticiper permet ainsi d’éviter ce type de conflit. En effet, en fonction des aptitudes de vos héritiers de leurs aspirations, vous pourrez répartir le plus équitablement vos biens. Quels sont alors les moyens mis à votre disposition ? 

Les moyens d’anticiper la transmission de votre succession

La loi met en place divers outils vous permettant danticiper votre succession.

Le testament peut se révéler être une bonne idée à condition d’être précis dans les termes utilisés. Vous pourrez dès lors avantager certains de vos héritiers en disposant de la quotité disponible. Il vous est conseillé de vous rapprocher d’un avocat compétent en droit des successions qui pourra vous accompagner lors de sa rédaction et s’assurer du respect des droits de chacun.

Vous pouvez également de votre vivant gratifier certains de vos héritiers par des donations simples. Cependant il vous faudra prendre en compte que certaines donations seront rapportables à la succession et permettront de rétablir l’équilibre entre vos héritiers.

La donation-partage peut également se révéler intéressante pour vous et vos héritiers. Elle vous permettra de votre vivant de partager entre tous vos héritiers vos biens et de les transmettre instantanément de sorte qu’au moment de votre succession aucun partage ne devra être réalisé (sauf cas particulier).

Il pourra également être envisagé la création d’une société qui instaurera une séparation des patrimoines et vous facilitera la transmission. En effet céder des parts de société peut se révéler moins compliqué et plus rapide que céder un bien immobilier.

La fiscalité, un point à ne pas négliger !

La fiscalité liée à la transmission de votre entreprise est un point à étudier très attentivement. La loi vous permet, en effet, d’optimiser au mieux les droits de succession. Il serait dommage de s’en priver. Ainsi, dans le cadre d’une succession, la loi exonère les bénéficiaires de droit de mutation à concurrence des trois quarts de la valeur de l’entreprise agricole.

Cependant ce cadeau fiscal est soumis à des conditions strictes. Il vous est alors vivement conseillé de vous rapprocher de votre avocat fiscaliste pour vous conseiller sur ces points afin que vous puissiez bénéficier de la solution la plus adaptée à votre situation et prendre la meilleure décision.

Avocats Picovschi fort de son expérience en droit des successions et en fiscalité pourra vous accompagner pour permettre une transmission sereine de votre entreprise. 

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.