Décès simultanés : comment débloquer ces successions ?


- avocats au Barreau de Paris | Publié le

Il arrive que par des circonstances tragiques, plusieurs décès puissent s’enchaîner dans une même famille, causant des situations de blocage pour le règlement de ces différentes successions. Dans ces moments particulièrement douloureux, vous vous posez des questions essentielles : comment va se dérouler la succession et surtout qui va hériter et dans quel ordre ?

« Qui donc des hommes ose se juger puissant quand n'importe quel accident peut l'anéantir, effacer jusqu'à sa trace ? » Euripide, Les fragments - Ve siècle av. J.-C.

Plusieurs décès simultanés : la notion de comourants

En droit français, lorsqu’un accident survient et conduit à la mort de plusieurs personnes d’une même famille, le règlement des successions peut s’en trouver complexifié. En effet, que cela soit en raison d’un accident de la route, d’un incendie ou d’une fuite de gaz, plusieurs membres d’une même famille peuvent trouver la mort en même temps.

Il faudra alors régler plusieurs successions en même temps et les règles de transmission du patrimoine pourront s’en trouver modifiées. Or, dans le cadre de ces décès simultanés, l’attribution des biens (immobilier, assurance-vie, etc.) et la lecture des testaments pourront s’avérer complexes.  

Depuis une loi du 3 décembre 2001, le législateur a mis en place des règles spéciales en matière de dévolution successorale pour permettre de régler ces situations particulièrement tragiques et débloquer les successions. Ainsi, l’article 725-1 du Code civil dispose que : « Lorsque deux personnes, dont l'une avait vocation à succéder à l'autre, périssent dans un même événement, l'ordre des décès est établi par tous moyens.
Si cet ordre ne peut être déterminé, la succession de chacune d'elles est dévolue sans que l'autre y soit appelée.
Toutefois, si l'un des codécédés laisse des descendants, ceux-ci peuvent représenter leur auteur dans la succession de l'autre lorsque la représentation est admise. »

Décès simultanés : les règles de la dévolution successorale

On distingue ainsi deux cas de figure :

  •  Le premier cas, où deux personnes, qui seraient appelées à la succession l’une de l’autre, décèdent à des moments identifiables. Par exemple, lorsque deux personnes meurent dans un accident de voiture, l’une sur le coup, l’autre des suites de ses blessures après un transfert à l’hôpital.
  • Le deuxième cas concerne les situations où la mort est intervenue simultanément dans un ordre qui ne peut pas être connu. Par exemple, lorsqu’un incendie a brûlé la maison et que la médecine légale ne peut déterminer l’ordre chronologique des décès.

Le premier cas est assez simple, puisque l’on connaît l’ordre des décès. Ainsi, le règlement des successions s’effectuera dans l’ordre chronologique des décès. Cet ordre chronologique pourra se prouver par tous moyen.

Le deuxième cas est plus complexe. Lorsque plusieurs personnes qui avaient la qualité de successibles entre elles sont mortes à l'occasion d'un même événement et que l'on ignore l'ordre dans lequel elles sont décédées, on considère que les comourants n’héritent pas entre eux.

Toutefois, la loi ajoute que les descendants de l’un des codécédés peuvent venir en représentation de son ascendant dans la succession de l’autre défunt, lorsque celle-ci est admise. Cette précision fait référence à des situations spécifiques. Par exemple, lorsqu’un parent, qui a plusieurs enfants, décède dans un accident avec un de ces enfants. Si ce dernier avait lui-même des descendants, ceux-ci (c’est-à-dire les petits enfants du comourant) pourraient venir en représentation de leur parent au côté de leurs oncles et tantes encore en vie.

Source : www.legifrance.gouv.fr, article 725-1 du Code civil

Nos lecteurs ont aussi aimé

La qualité d'héritier : absence d'indignité
 
Acceptation à concurrence de l'actif net d'une succession
 
L'option successorale : bien se préparer
 
Renoncer à une succession pour favoriser un proche
 
L'option successorale : accepter ou renoncer à la succession ?
 
Accepter ou renoncer à une succession
 
Acceptation de la succession par le créancier de l'héritier renonçant
 
L'enfant indigne n'a pas le droit à la qualité d'héritier
 
Succession : Comment prouver sa qualité d’héritier ?
 
L’option successorale : quand deux décès rapprochés compliquent la donne !
 
Affaire classée : les inégalités entre héritiers devenues incontestables
 
Droit des successions et prescription : quel délai pour agir ?
 
Familles recomposées : comment s’organise la succession ?
 
Droits de succession et adoption simple : quelle est la norme ?
 
Qui hérite en absence d’enfants et de conjoint survivant ?
 
Succession et famille recomposée : comment ça marche ?
 
Héritiers réservataires : quels sont vos droits dans la succession ?
 
Quels sont les droits du conjoint survivant en l’absence d’enfant ?
 
Succession : quels sont les droits des enfants en cas de remariage ?
 
Droit des successions : qui hérite après un décès ?
 
Succession : un enfant pas encore né peut-il hériter ?
 
Succession : qu’en est-il des actions en justice intentées par le défunt ?
 
Représentation successorale : comment ça marche ?
 
Double vie : quelles conséquences sur la succession ?
 
Succession : qu’est-ce que la réserve héréditaire ?
 
Succession : quelles différences entre adoption simple et adoption plénière ?