Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Succession étape par étape : votre avocat vous explique tout

Décès simultanés : comment débloquer ces successions ?

| Publié le 02/07/2018

Avocats Picovschi

illustration de l'article

SOMMAIRE

Il arrive que par des circonstances tragiques, plusieurs décès puissent s’enchaîner dans une même famille, causant des situations de blocage pour le règlement de ces différentes successions. Dans ces moments particulièrement douloureux, vous vous posez des questions essentielles : comment va se dérouler la succession et surtout qui va hériter et dans quel ordre ? Avocats Picovschi, cabinet expert en droit des successions à Paris vous éclaire sur cette notion.

« Qui donc des hommes ose se juger puissant quand n'importe quel accident peut l'anéantir, effacer jusqu'à sa trace ? » Euripide, Les fragments - Ve siècle av. J.-C.

Plusieurs décès simultanés : la notion de comourants

En droit français, lorsqu’un accident survient et conduit à la mort de plusieurs personnes d’une même famille, le règlement des successions peut s’en trouver complexifié. En effet, que cela soit en raison d’un accident de la route, d’un incendie ou d’une fuite de gaz, plusieurs membres d’une même famille peuvent trouver la mort en même temps.

Il faudra alors régler plusieurs successions en même temps et les règles de transmission du patrimoine pourront s’en trouver modifiées. Or, dans le cadre de ces décès simultanés, l’attribution des biens (immobilier, assurance-vie, etc.) et la lecture des testaments pourront s’avérer complexes.  

Depuis une loi du 3 décembre 2001, le législateur a mis en place des règles spéciales en matière de dévolution successorale pour permettre de régler ces situations particulièrement tragiques et débloquer les successions. Ainsi, l’article 725-1 du Code civil dispose que : « Lorsque deux personnes, dont l'une avait vocation à succéder à l'autre, périssent dans un même événement, l'ordre des décès est établi par tous moyens.
Si cet ordre ne peut être déterminé, la succession de chacune d'elles est dévolue sans que l'autre y soit appelée.
Toutefois, si l'un des codécédés laisse des descendants, ceux-ci peuvent représenter leur auteur dans la succession de l'autre lorsque la représentation est admise. »

Décès simultanés : les règles de la dévolution successorale

On distingue ainsi deux cas de figure :

  •  Le premier cas, où deux personnes, qui seraient appelées à la succession l’une de l’autre, décèdent à des moments identifiables. Par exemple, lorsque deux personnes meurent dans un accident de voiture, l’une sur le coup, l’autre des suites de ses blessures après un transfert à l’hôpital.
  • Le deuxième cas concerne les situations où la mort est intervenue simultanément dans un ordre qui ne peut pas être connu. Par exemple, lorsqu’un incendie a brûlé la maison et que la médecine légale ne peut déterminer l’ordre chronologique des décès.

Le premier cas est assez simple, puisque l’on connaît l’ordre des décès. Ainsi, le règlement des successions s’effectuera dans l’ordre chronologique des décès. Cet ordre chronologique pourra se prouver par tous moyen.

Le deuxième cas est plus complexe. Lorsque plusieurs personnes qui avaient la qualité de successibles entre elles sont mortes à l'occasion d'un même événement et que l'on ignore l'ordre dans lequel elles sont décédées, on considère que les comourants n’héritent pas entre eux.

Toutefois, la loi ajoute que les descendants de l’un des codécédés peuvent venir en représentation de son ascendant dans la succession de l’autre défunt, lorsque celle-ci est admise. Cette précision fait référence à des situations spécifiques. Par exemple, lorsqu’un parent, qui a plusieurs enfants, décède dans un accident avec un de ces enfants. Si ce dernier avait lui-même des descendants, ceux-ci (c’est-à-dire les petits enfants du comourant) pourraient venir en représentation de leur parent au côté de leurs oncles et tantes encore en vie.

Si ces règles paraissent simples au premier abord, de nombreux conflits peuvent émerger et bloquer la succession. L’avocat sera alors le meilleur moyen de vous assurer le règlement rapide et juste des successions auxquelles vous devez faire face. Son rôle d’accompagnement et son soutien vous aideront à affronter à ces situations complexes, qui peuvent être insupportables pour nos clients.

Le rôle de l’avocat en cas de comourants

Lorsque ces situations surviennent, il arrive que les héritiers n’arrivent pas à se mettre d’accord pour le partage. Ainsi, plusieurs cas peuvent empêcher le partage : les propositions de partage peuvent ne pas vous convenir ; un autre héritier peut refuser de signer les actes et rester injoignable ; certains héritiers peuvent s’opposer à la vente d’un bien immobilier en indivision, etc.

Aussi, pour faire valoir vos droits, pour faire respecter les volontés des défunts et pour sortir de l’indivision successorale, le recours à un avocat sera une aide précieuse. Il se tiendra à vos côtés à chacune des étapes de la succession et négociera avec les autres héritiers pour défendre au mieux vos intérêts et ceux de vos héritiers.  

Avocats Picovschi, fort de son expérience depuis plus de 30 ans en matière de succession, vous informe de vos droits et peut vous accompagner pour faire face à ces situations difficiles.

Source : www.legifrance.gouv.fr, article 725-1 du Code civil

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.