Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Succession internationale : l'intervention de l'avocat s'impose

Succession en Europe

| Par Avocats Picovschi | Publié le 03/02/2016


Un de vos proches vient de décéder et vous êtes l’un de ses héritiers. Cette succession est particulière, car l’héritage est dispersé dans plusieurs États européens (membres ou non de l’Union européenne) : biens immobiliers en Italie, œuvres d’art à Londres, comptes en banque en Suisse. Pour ne pas simplifier les choses, les membres de la famille du défunt sont de différentes nationalités. Que faire dans ce cas ? Avocats Picovschi fait le point et vous aide à résoudre vos problèmes.

La mobilité croissante des résidents européens est une des causes de la plus grande dispersion de leur patrimoine mobilier et immobilier. Ainsi, il n’est plus rare aujourd’hui de traiter de successions concernant des familles vivant dans différents pays européens, ou ayant des biens situés en France comme hors de nos frontières.

Ces dossiers étaient assez complexes à traiter, notamment à cause de la diversité des droits des États. Depuis le 17 août 2015, le droit des successions européennes et internationales a été simplifié.

C’est désormais le règlement européen (UE) n° 650/2012 du 4 juillet 2012 qui s’applique aux successions internationales ouvertes à partir du 17 août 2015. Ce règlement permet de mettre fin aux conflits de lois et impose un système commun à tous les États signataires. Il permet aussi, en amont, de choisir la loi qui régira sa succession.

Cependant, ce règlement n’est pas applicable pour les successions ouvertes avant le 17 août 2015. De plus, il n’est pas applicable pour certains pays membres de l’Union européenne, tels que le Danemark, le Royaume-Uni et l’Irlande qui ne l’ont pas signé. L’harmonisation n’étant pas totale, les conflits de lois existent toujours.

Si le règlement permet de simplifier la procédure, les conflits entre héritiers ne sont pas éteints pour autant. C’est pourquoi en cas de contentieux (donations excessives à un tiers, recel successoral, indivision, etc.), il vous est fortement conseillé de vous faire accompagner par un avocat chevronné en droit des successions.

Sa compétence tant en droit civil qu’en droit fiscal permettra de faciliter le déblocage de l’héritage et d’optimiser l’impôt dû sur la succession. En effet, il est souvent plus difficile de prendre possession des biens que le défunt possédait à l’étranger,  la différence de système juridique et la barrière de la langue ne facilitant pas le processus. En outre, la fiscalité étant différente d’un pays à un autre, vous n’êtes pas à l’abri d’une double imposition ou d’un redressement par l’Administration fiscale française.

Avocats PICOVSCHI peut vous aider dans ce domaine, ses avocats maîtrisent les différentes problématiques pouvant intervenir en droit des successions et en droit fiscal. Ils pourront vous soutenir dans ces moments qui peuvent être accablants et mettre en œuvre les procédures judiciaires pénibles, mais nécessaires afin de protéger aux mieux vos intérêts.