Version ordinateur

Pour l'Avocat, la défense de l'héritage est une mission !

Accueil | Par Gérard Picovschi, Avocat fondateur | Publié le 30/11/2012

Vous hésitez à défendre votre héritage et laissez d'autres héritiers vous spolier.

Pour des raisons de laxisme ou par excessif désintéressement ou honnêteté !

Avocats en Droit des successions ayant vocation à permettre à nos clients de défendre leur héritage et employant tous les moyens légaux pour y arriver, nous ne cessons d'analyser le bien fondé de notre action sur le plan moral et spirituel.

Il en ressort que nous devons tout faire pour défendre l'héritage en général et pour nos clients en particulier.

Remontons à la source juridique de la notion d'héritage : la Bible.

Citons certains extraits de la Bible (paracha Pinhas, Bamidbar/Les nombres - AVERTISSEMENT : nous ne nous considérons pas en mesure de commenter le texte et nous nous bornerons à le citer dans ce que nous considérons être la meilleure traduction possible en langue française : HOUMACH NESS BIBLIEUROPE) :

« Je lui (Pinhas) donne Mon alliance de paix. Ce sera pour lui et pour sa descendance après lui une alliance de prêtrise éternelle parce qu'il vengea son D.ieu et fit expiation pour les enfants d'Israël » (25-12/13).

Ce sera « pour lui et sa descendance » établit clairement ce principe que l'on retrouve très souvent dans la Bible d'une transmission ascendant-descendant. Y compris en l'espèce pour une alliance divine !

Puis « comptez toute l'assemblée des enfants d'Israël depuis l'âge de vingt ans et plus selon leur maisons paternelles » (26-2) puis « Depuis l'âge de vingt ans et plus… » (26-4).

Est déterminé un âge de plus de vingt ans pour ce qui va suivre.

Il s'ensuit alors une longue énumération des « familles » d'Israël excluant certains pour « indignité » (ex : Datane et Abiram 26-9).

« Pour ceux-ci le pays sera divisé comme héritage selon le nombre des noms. Pour (la tribu) nombreuse, tu augmenteras son héritage, et pour (la tribu) peu nombreuse tu diminueras son héritage, à chacun selon ses hommes recensés son héritage sera donné. Cependant, (c'est) par le sort que la terre sera divisée ; selon les noms des tribus de leur pères ils hériteront » (26-53/54/55).

« Si un homme meurt et qu'il n'a pas de fils, vous ferez passer son héritage à sa fille » (27-8).

« Et s'il n'a pas de fille, vous donnerez son héritage à ses frères » (27-9).

« Et s'il n'a pas de frères, vous donnerez son héritage aux frères de son père » (27-10).

« Et si son père n'a pas de frères, vous donnerez son héritage au membre de sa famille (le plus) proche de lui, de sa famille et il en héritera. Ce sera pour les enfants d'Israël comme un décret de justice comme l'Eternel a ordonné à Moïse » (27-11).

Tous les principes de l'héritage sont énoncés avec une perfection qui d'ailleurs dépasse notre compréhension.

Il ne peut qu'être question de s'en remettre aux commentaires des centaines de milliers de talmudistes de l'histoire.

Avec humilité, nous pouvons nous hasarder à constater que le principe de l'héritage est d'origine biblique.

Et constater en tant que juristes que nos codes et lois n'ont fait que s'en inspirer… en en occultant la source juridique…

Il en résulte qu'indiscutablement défendre l'héritage est légitime.

Que pour l'Avocat, défendre l'héritage de ses clients l'est encore plus.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris