Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des séniors : la valeur ajoutée de l'avocat en droit de la famille

Testament d'une personne âgée, gare à l'abus de faiblesse

| Publié le 10/04/2013

Ecrit par : Lauriane LAFFONT, Juriste, Avocats Picovschi

SOMMAIRE

L’affaire Bettencourt n’a de cesse de faire parler d’elle et illustre un phénomène d’actualité qui prend de l’ampleur, celui de l’abus de faiblesse, en particulier en matière de succession car, bien souvent, dans le but d’obtenir un héritage une personne malhonnête va soudain simuler de l’affection envers une personne âgée. Si vous-même ou un membre de votre famille êtes victime d’un tel abus de faiblesse, contactez Avocats PICOVSCHI de toute urgence.

L’abus de faiblesse : cause de nullité du testament

Les contentieux sont nombreux en matière de succession surtout s’agissant de testament consenti par une personne âgée. Une jurisprudence récente de la Cour de Cassation vient illustrer ce propos. Un arrêt de la Première Chambre Civile du 24 Octobre 2012 (n°11-20.442, 1171) est venu affirmer que « le juge civil ne peut méconnaitre ce qui a été jugé certainement et nécessairement par le juge pénal ».

Expliquons cela. Il s’agissait en l’espèce d’une personne âgée qui avait laissé à sa mort un second testament au bénéfice d’une femme, révoquant ainsi son premier testament. Le juge pénal avait déclaré les bénéficiaires du second testament coupables d’avoir frauduleusement abusé de la situation de faiblesse de la testatrice. Le bénéficiaire du précédent testament demandait à ce que soit annulé le second testament pour cause d’insanité d’esprit de la testatrice qui aurait donné lieu à un abus de faiblesse.

Ce à quoi la cour d’appel rétorque, en la déboutant, qu’il y avait certes abus de faiblesse et que le tribunal correctionnel l’avait jugé à bon droit mais que sa vulnérabilité ne signifiait pas que lorsqu’elle a rédigé le testament son «  intelligence était obnubilée ou sa faculté de discernement déréglée ».

La Cour de Cassation, quant à elle, estime qu’il y a «  absence d’identité entre la question de la vulnérabilité soumise au juge pénal et celle de l’insanité d’esprit au moment de la rédaction du testament soumise au juge civil » et qu’à ce titre l’abus de faiblesse jugé par le juge pénal est un vice du consentement invalidant le testament. Le testament est alors entaché de nullité. Si on reconnait qu’il y a abus de faiblesse pour cause de vulnérabilité, c’est qu’il y avait aussi insanité d’esprit au titre du droit civil remettant en cause la capacité de la testatrice lors de la rédaction de son testament. Dès lors, le profit de la vulnérabilité d’une personne en vue d’un héritage est constitutif d’un abus de faiblesse, et est une cause de nullité d’un testament.

Un arrêt de la Cour d’Appel de Lyon du 11 Juillet 2012 (n°11/04494) avait repris les mêmes arguments : le juge pénal avait condamné le bénéficiaire du testament pour abus de faiblesse et la demanderesse avait demandé la nullité du testament sur le fondement de l’article 901 du Code Civil aux termes duquel, pour faire une libéralité, il faut être sain d’esprit. Cet article ajoute que la libéralité est nulle lorsque le consentement a été vicié par l’erreur, le dol ou la violence. La Cour d’Appel décide ici que c’est à juste titre que les juges du fond ont annulé le testament pour cause d’un consentement de la testatrice vicié par l’abus de faiblesse dont elle avait été victime.

Rédiger un testament : testateur et héritier, attention à l’abus de faiblesse

Lorsqu’il n’y a eu aucune manifestation de volonté de la part du défunt,  on parle de dévolution successorale légale, c'est-à-dire qu’il y aura une répartition équitable entre tous ses descendants, ou à défaut de descendants entre ses deux parents et ses frères et sœurs, ou en concurrence avec un conjoint s’il y a un conjoint survivant.

Le défunt peut aussi décider d’organiser sa succession à l’avance en rédigeant de son vivant un testament, il s’agit alors de dévolution volontaire (les libéralités sont également possibles). Ceci est admis à condition de ne pas dépasser la quotité disponible dont dispose le de cujus pour consentir des libéralités ou tester.

Le testament est un document écrit dans lequel une personne décide du sort de son patrimoine après sa mort. Le plus souvent ce sont les personnes âgées qui en rédigent un afin d’organiser leur succession avant leur décès et léguer leurs biens aux personnes qu’elles apprécient réellement.

Le testament pour être valable doit forcément être l’émanation de sa volonté et doit être signé par lui. Pour que le testament soit valide, l’auteur du testament doit être une personne capable et son consentement ne doit pas avoir été vicié par une erreur, un dol ou une violence.

Une personne est donc libre de rédiger un testament à partir du moment où elle est saine d’esprit.

Il faut surveiller de près les personnes malveillantes qui se rapprocheraient soudainement d’une personne « faible » au vue d’un détournement d’héritage.

C’est une situation d’une particulière gravité à laquelle il faut mettre un terme le plus rapidement possible. Faites appel à un avocat afin qu’il mette fin à cette situation d’abus et qu’un tel testament ne puisse être exécuté. Que vous soyez la victime de l’abus ou un héritier lésé par ce testament, Avocats PICOVSCHI professionnel en matière de droit des successions est là pour vous aider.

Sources : www.lexisnexis.com, arrêt n°11-20.442,1171 du 21 octobre 2012, Première Chambre Civile, Cour de Cassation, numéro JurisData 2012-023910 et arrêt n°11/04494 du 11 Juillet 2012, Cour d’Appel de Lyon, numéro JurisData 2012-017820

 

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.