Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Succession internationale : l'intervention de l'avocat s'impose

Successions internationales : comment rapatrier des avoirs depuis l’étranger ?

| Publié le 08/08/2017

Avocats Picovschi

illustration de l'article

SOMMAIRE

En cas de décès, la succession peut se révéler très complexe, davantage lorsqu’elle est internationale. En effet, les héritiers peuvent se retrouver en difficulté quand des biens du défunt situés à l’étranger n’ont pas été déclarés. Qu’encourent-ils dans ce cas ? Avocats Picovschi vous explique les risques et les démarches à suivre.

Rapatrier ses avoirs successoraux détenus à l’étranger : pourquoi ?

Il arrive qu’à l’ouverture d’une succession, les héritiers découvrent l’existence de biens détenus à l’étranger qui n’ont pas été déclarés (parts de sociétés, biens immobiliers, comptes bancaires…). Est-il possible de régulariser la situation à ce stade ?

Il faut savoir que la législation française fait la distinction entre « fraudeurs actifs » et « fraudeurs passifs ». Ces derniers représentent des contribuables qui découvrent l’existence de comptes ouverts à l’étranger lors d’une donation ou d’un héritage. Contrairement aux idées reçues, ils ne sont pas exonérés de tous droits et doivent s’acquitter de certaines pénalités (rattrapage des impôts éludés, intérêts de retard, pénalités fiscales, amende forfaitaire …).

Les sommes, titres ou valeurs transférés en provenance de l’étranger constituent, sauf preuve contraire, des revenus imposables. À défaut de déclaration, l’administration française peut considérer qu’il s’agit de revenus dissimulés et notifier un redressement de l’impôt sur le revenu dû en France. Néanmoins, la personne peut apporter la preuve contraire à cette présomption et l’avocat fiscaliste est là pour vous conseiller, appréhender les conséquences et vous accompagner à chaque étape pour défendre vos intérêts.

Déclarer ses avoirs depuis l’étranger

En matière de succession, les héritiers peuvent demander le rapatriement des avoirs présents à l’étranger. Mais attention toutefois de bien anticiper les tenant et aboutissant de cette procédure de régularisation et de bien appréhender les conséquences pour vous. Qui mieux que l’avocat fiscaliste pour vous conseiller et vous accompagner à chaque étape ? Par ailleurs, sachez que l’avocat est là pour constituer le dossier, car un dossier incomplet est automatiquement rejeté par l’administration fiscale.

Avocats Picovschi vous guidera dans vos démarches. Tout d’abord, si vous êtes domicilié ou établi en France et que vous décidez de déclarer ces biens, vous devez le faire en même temps que la déclaration de revenus. Cette déclaration se fait sur un imprimé CERFA N° 3916 ou sur papier libre et doit comprendre un certain nombre d’informations. À défaut de déclaration, vous serez tenu de payer une amende allant de 1 500€ jusqu’à 10 000€ par compte non déclaré avec une majoration de 40% en cas de retard.

Ensuite, il conviendra de déclarer les avoirs à la douane. Le formulaire cerfa n°14727*01 a été mise en place afin de faciliter les démarches administratives. Toutefois, vous serez exonérés de ces droits si vous transférez les biens en France dans les deux ans qui suivent le règlement de la succession et que vous résidez normalement en France ; sauf pour les avoirs supérieurs à 10 000€. Dans ce cas, vous serez tenus de les déclarer au service des douanes. Cette démarche vous concerne si le transfert se réalise sans l’intermédiaire d’un établissement financier.

Par ailleurs, même en cas de déplacement physique avec transfert de liquidité supérieure à 10 000 €, vous devrez aussi les déclarer aux autorités compétentes.

Attention ces sanctions peuvent varier selon que le pays dans lequel se trouve l’avoir a conclu ou non une convention avec la France et selon les mesures prévues. D’où l’importance de faire appel à un professionnel du droit fiscal rompu à cette pratique.

Avocats Picovschi, fort de son expérience en successions et fiscalité internationales, saura vous apporter un éclairage avisé et personnalisé, afin de résoudre ou d’anticiper tout litige dans ce domaine.

Sources : www.notaires.fr, « Rapatrier des fonds de l’étranger », 24/01/2017 ; « La fiscalité des successions internationales », 02/11/2016

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.