Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Déblocage des successions et détournement d'héritage

Prêt immobilier sur un bien en indivision, que se passe-t-il en cas de décès ?

| Publié le 26/05/2016

illustration de l'article

SOMMAIRE

Avec votre compagnon, vous aviez souscrit un prêt immobilier, accompagné d’une assurance décès pour acheter un bien immobilier en indivision. Au décès de votre co-indivisaire, le prêt n’est pas totalement remboursé. Est-ce à vous de rembourser les échéances de prêt restant ? Avocats Picovschi vous apporte quelques réponses.

La mise en jeu de l’assurance de prêt en cas de décès

Nombreux sont les couples qui acquièrent en indivision un bien immobilier pour établir leur logement familial. Pour cela, ils contractent ensemble un prêt immobilier dans une banque. Cet emprunt est souvent accompagné par la souscription d’un contrat d’assurance-décès.

L’assurance-décès n’est pas rendue obligatoire par la loi, mais elle constitue, la plupart du temps, une condition nécessaire à l’obtention du prêt.

Cette assurance, limitée à la durée de l’emprunt, vise à garantir le bon remboursement du prêt immobilier en cas de décès, mais peut aussi couvrir les risques d’incapacité, d’invalidité ou de perte d’emploi.

Ainsi en cas de décès de l’assuré ou de perte totale et irréversible d’autonomie, l’assureur aura la responsabilité du remboursement du capital restant. Pour autant, la mise en jeu de la garantie dépend du contenu du contrat que vous avez signé avec l’assureur. Selon la personne qui est assurée et le montant de l’assurance, les conséquences ne sont pas les mêmes. 

Chaque situation pouvant être différente, pour toute contestation au niveau de la mise en jeu de la garantie, n’hésitez pas à contacter un avocat en droit des successions qui analysera votre différend et se chargera de réclamer vos droits dus contre l’assureur.

À qui bénéficie l’assurance-décès ?

Aux problèmes de succession, s’ajoutent la complexité du mécanisme de l’assurance et celle du régime du droit des obligations. La situation est encore plus délicate à appréhender lorsque le couple ne s’est assuré chacun que pour partie du prêt (par exemple, chacun acquiert à 50% et est assuré à 50%).

Vis-à-vis de la banque et dans les rapports entre les emprunteurs, les règles ne sont pas les mêmes.

Entre emprunteurs, les tribunaux ont établi que le co-emprunteur survivant avait toujours la charge du remboursement de sa dette.

Attention aux contentieux en matière de successions

Le mécanisme de l’assurance décès a déjà fait l’objet de contentieux en droit des successions. En effet, les héritiers du défunt assuré profitent indirectement de la garantie apportée par l’assurance.

Dans un arrêt de la Cour de cassation en date du 12 mars 2002, un couple avait acquis chacun pour moitié un bien immobilier. Il avait solidairement souscrit un emprunt immobilier et avait adhéré à une assurance décès-invalidité, chacun dans la mesure de sa part et portion. Au décès de l’un, l’assureur remboursa directement l’établissement bancaire prêteur. Le bien immobilier fut mis en vente par la suite, mais un désaccord s’éleva quant au partage du prix de la vente : les héritiers du défunt réclamèrent la moitié du prix au co-emprunteur survivant.

La Cour de cassation tranche en faveur des héritiers et estime que dans cette situation, la mise en œuvre de l’assurance a pour effet, dans les rapports entre les acquéreurs indivis, d’éteindre la dette du défunt, à concurrence du montant versé par l’assureur.

En cas de conflit juridique, n’agissez surtout pas seul, mais faites-vous assister d’un avocat qui prendra la défense de vos droits devant le juge. L’assurance-décès peut enchevêtrer la situation post-successorale que vous soyez en indivision ou en marié en communauté.

Avocats Picovschi, expert tant en droit des successions qu’en droit des affaires, peut vous aider à démêler votre problématique juridique au niveau de la mise en jeu de l’assurance, mais aussi au niveau de vos droits indivis.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.