Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Déblocage des successions et détournement d'héritage

Nullité des donations, un délai d'action plus long en cas d'insanité d'esprit

| Publié le 23/09/2014

Ecrit par : Charlotte MARTINEAU, Juriste, Avocats Picovschi

SOMMAIRE

Transmettre son patrimoine par une donation de son vivant ou un testament permet d’anticiper le partage de sa succession entre ses héritiers. Toutefois, ces actes peuvent être remis en cause lorsque leur auteur ne disposait pas de toutes ses facultés mentales lors de leur rédaction, à condition d’agir dans les délais impartis. Avocats PICOVSCHI fait le point avec vous sur la prescription de l’action en nullité d’une donation pour insanité d’esprit, à la lumière de l’arrêt de la Cour de cassation du 29 janvier 2014.

L’insanité d’esprit, cause de nullité des libéralités

Les libéralités permettent d’organiser la transmission de son patrimoine, en anticipant le partage de sa succession entre ses héritiers. Il peut s’agir d’un acte fait entre vifs, tel qu’une donation, ou d’un testament, instituant l’un de ses héritiers ou un tiers en tant que légataire.

Par ailleurs, une libéralité peut consentir la pleine propriété des biens, mais également uniquement l’usufruit ou la nue-propriété, disposition particulièrement courante pour les biens immobiliers.

Si les libéralités sont reconnues en tant qu’outil de transmission de son patrimoine, elles ne sont valables que si leur auteur est sain d’esprit et est en mesure de faire preuve de discernement et d’une volonté propre.

L’insanité d’esprit se définit en effet comme toute affection mentale par l’effet de laquelle l’intelligence du disposant a été obnubilée ou sa faculté de discernement déréglée.

En cas d’altération des facultés mentales du défunt lors de la rédaction de la donation ou du testament, il est possible de solliciter l’annulation des actes auprès des tribunaux, avec un avocat en Droit des successions.

La prescription de l’action en nullité pour insanité d’esprit

Dans l’affaire portée devant la Cour de cassation, les héritiers d’une personne ayant consenti deux assurances-vie ainsi que la donation de la nue-propriété de sa maison avaient introduit une demande en nullité de ces actes pour insanité d’esprit.

Alors que la cour d’appel avait estimé que leur action était prescrite, ayant été exercée plus de cinq ans après la donation, la Cour de cassation est venue retenir la solution inverse, accordant un délai d’action plus long.

La prescription de l’action en nullité d’un acte pour insanité d’esprit, engagée par les héritiers, ne peut ainsi commencer à courir avant le décès du disposant. Dès lors, le délai de prescription ne démarre qu’à compter du décès et non de la date de rédaction de la donation ou du testament litigieux.

Le rôle de l’avocat en Droit des successions dans l’annulation des donations

La notion d’insanité d’esprit occupe une place centrale dans les successions, lorsque se pose la question de la validité d’une donation ou d’un testament.

Une action en nullité nécessite de démontrer que le disposant n’était pas en pleine possession de ses facultés mentales lors de la rédaction de son testament ou de la donation. L’avocat se chargera alors de réunir les preuves de l’altération de son discernement, en recueillant notamment des certificats médicaux ou des témoignages.

Confier votre litige à un avocat expérimenté en Droit des successions vous assure la mise en œuvre des recours adéquats et des solutions adaptées à vos différends. L’avocat mettra ainsi toute son expérience des conflits successoraux à la défense de vos intérêts, afin de faire reconnaître votre qualité d’héritier.

 

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Les lecteurs d'Héritage Succession ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.