Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Déblocage des successions et détournement d'héritage

Les possibilités d'échapper aux dettes successorales

| Mis à jour le 12/12/2017 | Publié le 28/02/2012

Avocats Picovschi

illustration de l'article

SOMMAIRE

Si lors d’une succession, il est possible d’hériter d’une partie du patrimoine du défunt, il peut également arriver que des dettes soient présentes. Quelles sont les alternatives qui s’offrent alors aux héritiers afin d’éviter ce passif ? Inversement, vous venez de perdre un proche et réalisez qu’il ne lui reste en apparence que des dettes, alors que vous aviez précédemment connaissance d’un patrimoine important. Rassurez-vous, Avocats Picovschi vous aide à élucider cette énigme.

Succession : quels choix pour les héritiers ?

Pour échapper aux dettes, la solution la plus simple est de refuser l'héritage. En effet, lorsque vous êtes désigné héritier, il vous est possible d’accepter ou de renoncer à la succession. Afin de prendre la bonne décision, il convient d'évaluer finement l'ensemble des biens concernés par la succession.

Il est également possible de n'accepter la succession qu'« à concurrence de l'actif net », c'est-à-dire de n'être tenu au paiement des dettes de la succession que pour la valeur des biens reçus. Le montant des dettes dont on a la charge ne pouvant, alors, être supérieur au montant recueilli.

Enfin, pour les héritiers qui acceptent purement et simplement la succession, ils doivent, en principe, répondre indéfiniment des dettes et charges de celle-ci. Toutefois, l'administration a rappelé que, pour les successions ouvertes depuis le 1er janvier 2007, l'héritier acceptant purement et simplement la succession bénéficie d'une mesure de protection en cas de découverte tardive d'un passif important. En effet, dans ce cas, il lui est possible de demander en justice à être déchargé en tout ou partie de son obligation. Cette possibilité lui est offerte sous deux conditions cumulatives :

  • Il faut que l’héritier ait des motifs légitimes d’ignorer la dette au moment de l’acceptation
  • Il faut que le paiement de la dette ait pour conséquence d’obérer gravement le patrimoine personnel de l’acceptant.

Cette action en justice peut alors être exercée dans les cinq mois du jour où l'héritier a eu connaissance de l'existence et de l'importance de la dette.

Quid si la situation inverse se passe ?  Le notaire vous informe qu’il ne reste plus rien dans la succession, alors que vous savez pertinemment que le défunt disposait d’un patrimoine conséquent. Méfiez-vous, il se peut que vous soyez victime d’un recel successoral.

Recel successoral : quelles solutions ?

Il arrive malheureusement parfois que lors de l’ouverture de la succession, vous appreniez qu’il ne reste quasiment rien dans le patrimoine du défunt, ce qui vous semble étrange, compte tenu de sa précédente situation : propriétaire de plusieurs biens immobiliers, actionnaire de plusieurs sociétés, titulaire de plusieurs comptes bancaires, etc…

Rassurez-vous, les avocats experts en successions sauront vous apporter une solution. En effet, si un héritier s’approprie une part supérieure à celle à laquelle il a normalement le droit, en dissimulant par exemple volontairement un bien d’une valeur importante de la succession, il est possible d’intenter une action afin que le partage soit rééquilibré, et afin que le receleur soit sanctionné.

Vous vous trouvez dans une situation similaire ? Ne tardez pas, contactez Avocats Picovschi afin que nous vous assistions et défendions au mieux vos intérêts dans cette situation difficile.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel - 62 & 69 rue Ampère 75017 Paris

Les lecteurs d'Héritage Succession ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.