Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Transmission de patrimoine et d'entreprise : laissez faire l'avocat

Légataire universel, se défendre en cas de poursuite pour recel successoral

| Mis à jour le 04/10/2016 | Publié le 29/02/2012

Avocats Picovschi

illustration de l'article

SOMMAIRE

Vous êtes deux légataires universel et vous seul avez bénéficié, du vivant du défunt, de donations. Lors de l’ouverture de la succession les autres successeurs vous accusent de dissimuler à la succession ces donations et vous poursuivent pour recel successoral. Quels sont vos moyens de défense ? Avocats Picovschi fort de son expérience en droit des successions vous apporte des éléments de réponse.

Quels sont les différents cas de recel successoral ?

Tout d’abord rappelons que le recel successoral a été défini de la manière suivante par la Cour de cassation: « constitue un recel toute manœuvre dolosive, toute fraude commise sciemment et qui a pour but de rompre l’égalité du partage, quels que soient les moyens employés pour y parvenir ». Autrement dit le recel nécessite donc deux éléments : une intention frauduleuse de la part d’un héritier et l’intention de rompre l’égalité successorale.

Le recel successoral peut être constitué de plusieurs manières. Les exemples ne manquent pas. Une veuve qui dissimule l’enfant adultérin de son défunt mari. L’héritier qui cache une donation, faite par le défunt, de somme d’argent à ses cohéritiers et au notaire. L’héritier qui s’empare au jour de l’ouverture de la succession d’un élément de la succession pour se l’approprier.

Les moyens utilisés sont nombreux et inventifs. Le receleur peut avoir recours par exemple à un faux testament qu’il aurait lui-même rédigé ou par une procuration sur les comptes. A titre d’exemple dans un arrêt du 16 septembre 2014 la Cour de cassation a condamné une veuve pour recel successoral. Cette dernière avait soldé le compte ouvert à l’étranger au nom de son mari.

L’héritier coupable de tels faits est sévèrement condamné puisqu‘il est considéré avoir accepté purement et simplement la succession et peut être condamné à rapporter dans la succession les avantages reçus. L’avocat expérimenté en droit des successions est alors un atout non négligeable pour vous aider en tant que testateur à respecter les droits de chacun et en tant qu’héritier vous apporter les meilleures solutions si vous faites face à un détournement d’héritage.

Le légataire universel peut-il être accusé de recel successoral ?

Vous n’êtes pas héritier mais légataire, vous vous interrogez alors sur votre situation. Est-elle identique à celle de l’héritier ? La Cour de cassation, dans un arrêt du 26 janvier 2011, a répondu à la question par la négative. Les faits étaient les suivants : une femme avait institué deux légataires. A son décès, l’un d’eux est condamné pour recel successoral. En effet, ce dernier avait reçu du vivant de la défunte des donations de somme d’argent pour un montant global de 164795.58 euros, somme qu’il a dissimulée à la succession. Le légataire universel n’a pas été condamné car la Cour a considéré que « faute de n’être ni rapportables, ni réductibles, les libéralités dissimulées par la légataire universelle ne peuvent fonder la condamnation de cette dernière ». Autrement dit pour être recelée, la libéralité doit être rapportable ou réductible.

Ainsi cet arrêt de la Première chambre civile nous rappelle que le recel successoral ne s’applique qu’aux personnes considérées comme héritières et non pas légataires. Avec cette règle posée, les libéralités qui vous sont consenties en tant que légataire universel et qui ne sont ni réductibles ni rapportables à la succession ne seront pas considérées comme de la dissimulation. Ainsi dans ce cas-là vous ne risquez rien.

Mais attention, votre situation peut évoluer si vous êtes en présence d’héritier réservataire. En effet, votre libéralité risque d’être réductible pour atteinte à la réserve. De même votre situation n’est pas la même si vous êtes vous-même un héritier réservataire institué légataire universel. Il vous est alors vivement conseillé de vous rapprocher d’un avocat compétent en droit des successions qui pourra vous renseigner sur les droits de chacun.

Les tensions qui naissent à l’ouverture d’une succession peuvent amener certains héritiers à accuser leurs cohéritiers de recel successoral, ces derniers ayant une part d’héritage plus grande. Avocats Picovschi compétent en matière successorale mettra à votre profit son expérience et sa connaissance de la matière pour vous accompagner et faire reconnaitre vos droits.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Les lecteurs d'Héritage Succession ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.