Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Assurance vie et succession : consultez votre avocat

L'assurance-vie : très difficile à contester

| Publié le 28/02/2012 | Article archivé

Ecrit par : Avocats Picovschi

AAtemplate_image6

Même accomplis dans l'intérêt du curateur, les actes de disposition faits par le majeur en curatelle, seul, sans l'assistance d'un curateur ad hoc, sont susceptibles d'annulation sur le fondement de l'article 510-1 ancien du Code civil, dans sa rédaction de la loi n° 68-5 du 3 janvier 1968. Ce texte n'édicte pas une nullité de droit et laisse au juge la faculté d'apprécier s'il doit ou non prononcer la nullité, eu égard aux circonstances de la cause

En l'espèce, le majeur avait souscrit un contrat d'assurance sur la vie avant son placement sous curatelle renforcée puis, depuis ce placement, avait changé le bénéficiaire en désignant, à la place de sa nièce, son curateur, ancien collègue et ami de travail. 

Pour le contrat d'assurance-vie qu'il avait souscrit seul depuis sa mise sous curatelle, il avait également désigné son curateur. Or, c'est vainement que la nièce a réclamé la nullité des actes de souscription du second contrat, du paiement de la prime correspondante et de changement de bénéficiaire du premier contrat ainsi que la requalification de ces actes en donations indirectes

En désignant son curateur en qualité de bénéficiaire des deux contrats d'assurance vie qu'il avait souscrits, le majeur protégé avait entendu lui manifester sa reconnaissance pour son amitié de longue date et les soins dévoués dont celui-ci l'avait entouré, notamment dans ses dernières années, de sorte qu'il n'y avait pas lieu d'annuler les actes litigieux qui correspondaient à la volonté lucide du majeur protégé.

Le majeur avait souscrit un contrat avant son placement sous curatelle renforcée puis avait, depuis ce placement, changé le bénéficiaire en désignant son curateur, ancien collègue et ami de travail à la place de sa nièce. Pour celui qu'il avait souscrit seul depuis sa mise sous curatelle renforcée, il avait également désigné bénéficiaire son curateur. 

Or, il a été constaté que le premier contrat d'assurance sur la vie pouvait prendre fin à tout moment par le rachat total de la valeur acquise et que le second contrat souscrit pour une durée de huit années était prorogeable annuellement, de sorte que ces deux contrats étaient affectés d'un aléa puisqu'à la date de leur souscription le majeur ignorait qui de lui ou du bénéficiaire recevrait le capital. 

Ensuite, le majeur sous curatelle renforcée, qui était encore en pleine possession de ses moyens, était propriétaire, seul ou en indivision, de biens immobiliers et que postérieurement à la souscription du second contrat d'assurance, son épargne était encore de 56 863 euros. 

Ainsi, les juges du second degré, qui ont fait ressortir que le souscripteur n'avait pas eu la volonté de se dépouiller de manière irrévocable, ont justifié leur décision en rejetant les demandes de la nièce en nullité des actes de souscription du second contrat, du paiement de la prime correspondante et de changement de bénéficiaire du premier contrat ainsi que la requalification de ces actes en donations indirectes ».

Cour de cassation
Chambre civile 1
17 Mars 2010

Mis à jour le 23/04/13

 

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Les lecteurs d'Héritage Succession ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.