Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Succession étape par étape : votre avocat vous explique tout

L’option successorale : quand deux décès rapprochés compliquent la donne !

| Publié le 02/11/2017

Avocats Picovschi

illustration de l'article

SOMMAIRE

Situations complexes, successions bloquées, application et interprétation de droit antérieur… dans toutes vos successions, votre avocat, expérimenté et effectuant une veille rigoureuse des nouveautés législatives et jurisprudentielles, peut vous assister et vous exposer vos droits le plus précisément possible au vu des éléments de votre dossier. Avocats Picovschi vous renseigne sur certaines subtilités du droit des successions et revient sur une importante décision de la Cour de cassation relative à la transmission de l’option successorale.

Deux décès rapprochés dans le temps au sein d’une même famille…

Une mère de quatre enfants n'avait ni accepté ni répudié la succession de son fils décédé à laquelle elle était partie. Son droit s’élevait, selon les règles de la dévolution légale, à un quart en pleine propriété du fait en présence d'un conjoint survivant. Elle décéda à son tour avant que la succession de son fils ne soit réglée.

Lors de sa propre succession, deux de ses filles ont fait part de leur volonté d’accepter la succession de leur mère, tout en renonçant (à la place de leur mère) à la succession de leur frère. La question était donc de savoir si cette opération était possible.

La transmissibilité de l’option successorale réaffirmée !

La Cour d'appel de Grenoble avait considéré que cette action ne pouvait être réalisée. Selon les juges, les deux sœurs ne pouvaient exercer l'option successorale « que sur l'intégralité du patrimoine successoral de leur mère, sans possibilité de renoncer, comme elles ont cru pouvoir le faire, à la succession de leur frère ». Cette solution avait pour effet de ne pas transférer le droit d’option successorale dont bénéficiait la mère.

La Cour de cassation a censuré la Cour d’appel, considérant que le droit d’exercer l’option successorale d’une personne se transmet à ses héritiers lors que cette personne décède à son tour : « l'héritier de celui qui est appelé à une succession sans avoir pris parti dispose de tous les droits de son auteur ». Cette décision relative à une succession ouverte en 2003 obéit aux articles 724 et 781 du Code civil, dans leur rédaction antérieure à la réforme du 23 juin 2006 portant réforme des successions et des libéralités.

…la réforme de 2006 maintient-elle cette solution ?

Depuis la réforme, la transmissibilité du droit d’option successorale est inscrite à l’article 775 du Code civil. Cet article considère les règles qui s’appliquent « aux héritiers de celui qui décède sans avoir opté » et en particulier dispose que « les héritiers de celui qui décède sans avoir opté exercent l'option séparément, chacun pour sa part ». Cet article explicite ainsi le principe de transmissibilité de l’option successorale qui ne dépend pas, en l’état actuel du droit, de l’accord de tous les héritiers.

Le recours à un avocat expert en succession pourra vous éclairer sur le droit applicable à votre succession (application du droit dans le temps et dans l’espace). Grâce à son travail constant de veille de l’actualité juridique, l’avocat est un atout essentiel habilité à vous offrir le meilleur service en estimant avec exactitude l’étendue de vos droits et vos chances de succès en cas de conflit.

En bref, la solution illustrée

Arrêt succession option successorale interactif

Extrait de la décision de la Cour de cassation, 1ère chambre civile, 13 juillet 2016, n° 15-23.053

« Vu les articles 724 et 781 du Code civil, ce dernier dans sa rédaction antérieure à celle issue de la loi du 23 juin 2006 ;

Attendu que l'héritier de celui qui est appelé à une succession sans avoir pris parti dispose de tous les droits de son auteur ;

Attendu que, pour dire sans effet les actes de renonciation de Mmes Y... et X... à la succession de leur frère, Charles A..., après avoir relevé que Marie-Louise B... était décédée le 1er avril 2004, sept mois après le décès de son fils Charles, sans avoir manifesté une quelconque volonté d'acceptation ou de renonciation à la succession de ce dernier, l'arrêt retient que Mmes X... et Y..., filles de Marie-Louise B..., et sœurs de Charles, ne pouvaient exercer l'option que sur l'intégralité du patrimoine successoral de leur mère, sans possibilité de renoncer à la succession de leur frère ;

Qu'en statuant ainsi, alors que Mmes X... et Y... pouvaient valablement exercer, du chef de leur mère qui n'avait pas accepté la succession de son fils, le droit d'option qui leur avait été transmis et renoncer le 8 décembre 2010 à la succession de leur frère Charles, la cour d'appel a violé les textes susvisés ;

PAR CES MOTIFS et sans qu'il y ait lieu de statuer sur la première branche à laquelle Mmes X... et Y... ont déclaré renoncer :

CASSE ET ANNULE »

Avocats Picovschi, avocats expérimentés, peut vous assister pour vous éclairer sur vos options en analysant les détails de votre situation et pour protéger vos droits lorsque vous faites face à un contentieux.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.