Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Déblocage des successions et détournement d'héritage

J’ai renoncé à la succession mais on m’a caché une partie de l’héritage, mon choix est-il définitif ?

| Publié le 09/02/2017

Avocats Picovschi

illustration de l'article

SOMMAIRE

Vous vous trouvez à ce jour dans le cas où vous avez renoncé à une succession, mais vous réalisez qu’une bonne partie de l’héritage vous a été dissimulée, et vous ne savez que faire ? AVOCATS PICOVSCHI répondra à vos interrogations à travers cet article.

De quoi êtes-vous d’un point de vue juridique victime ?

Avant que vous renonciez, un héritier vous a volontairement dissimulé une part de l’héritage, et vous réalisez aujourd’hui que vous avez été lésé dans vos droits. Ne cherchez plus, vous faites probablement partie d’une des nombreuses victimes de recel successoral.

Le recel successoral a été défini par la jurisprudence, comme étant :

 « tout acte, comportement ou procédé volontaire par lequel un héritier tente de s'approprier une part supérieure sur la succession que celle à laquelle il a droit dans la succession du défunt et [qui] rompt ainsi l'égalité dans le partage successoral » (Cass. Civ. I, 15 avril 1890, 21 novembre 1955, 20 septembre 2006).

A titre d’exemple, le recel peut aussi bien constituer en une destruction d’un testament, qu’en une prise d’un bien immobilier sans accord des autres héritiers, ou pire, en la dissimulation de biens dépendant de la succession ou de sommes d’argent présentes sur les comptes bancaires. Il est bien évidemment possible d’engager des poursuites avec l’aide d’un avocat, afin que le receleur soit sanctionné et que votre préjudice subi soit réparé.

Est-il possible de revenir sur votre renonciation à la succession dans une telle situation ?

Sachez dans un premier temps que dans le cadre d’une succession, la législation française laisse un délai de dix ou trente ans à compter de l’ouverture de la succession (pour les décès survenus après le 1er janvier 2007 – contre 30 ans pour les décès survenus avant cette date) aux héritiers pour renoncer à la succession s’ils le souhaitent. Ce délai peut être abaissé à 4 mois si d’autres héritiers vous contraignent de choisir rapidement.

Par ailleurs, l’article 807 du code civil prévoit une révocation de renonciation possible tant que le délai de prescription pour agir court toujours, que les héritiers n’ont pas accepté la succession, et tant que l’Etat n’a pas déjà été envoyé en possession (notamment pour les situations de succession vacante).

Lorsque ces conditions cumulatives sont remplies, l’héritier révoque sa renonciation et devient par conséquent héritier ayant accepté rétroactivement la succession. A ce titre, il est donc possible d’engager des poursuites à l’encontre du receleur afin que sa responsabilité soit engagée. Dans ce cas, le receleur s’expose à de nombreuses sanctions, prévues à l’article 778 du code civil, qui consistent en :

  • L’impossibilité de renoncer par la suite à la succession, même si celle-ci devient déficitaire ;
  • L’impossibilité de prétendre à une part dans les biens recelés. Ces derniers profiteront uniquement aux cohéritiers.
  • L’obligation de rendre tous les fruits et revenus issus des biens recelés dont il a eu jouissance depuis l’ouverture de la succession.
  • L’éventuel paiement de dommages-intérêts aux cohéritiers. 

Dans une telle situation, il est donc indispensable de se protéger et d’obtenir justice. Contactez dès à présent Avocats PICOVSCHI, un avocat compétent en matière successorale depuis plus de 30 ans, saura défendre au mieux vos intérêts.

Que faire si la révocation de la renonciation n’est plus possible ?

Rassurez-vous, même si vous ne pouvez pas révoquer votre renonciation, d’autres alternatives s’offrent à vous. En revanche, ne tardez plus, contactez-nous au plus vite afin qu’un avocat compétent vous accompagne dans les démarches et élabore avec vous une stratégie afin que justice soit faite.

Source : www.tribunal-barleduc.fr, « La renonciation à succession », par le tribunal de Bar-le-Duc

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel - 62 & 69 rue Ampère 75017 Paris

Les lecteurs d'Héritage Succession ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.