Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Règlement d'une succession avec ou sans testament

Héritiers lésés : comment faire annuler un testament pour insanité d’esprit ?

| Publié le 18/09/2015

Avocats Picovschi

illustration de l'article

SOMMAIRE

Votre parent défunt a rédigé peu de temps avant son décès un testament dans lequel il désigne un tiers comme légataire universel de ses biens. Cette libéralité éveille vos soupçons dans la mesure où, à cette époque, votre parent était dans un état physique et mental très dégradé. Vos doutes sont confirmés par l’écriture tremblée, la mise en page incertaine choisie par le testateur voire même des dispositions qui vous semblent en totale contradiction avec ce qu’il vous avait annoncé. Vous vous interrogez alors sur la validité d’un tel testament. AVOCATS PICOVSCHI, cabinet expérimenté en droit des successions fait le point dans les lignes qui suivent sur la possibilité de remettre en cause et d’annuler un testament sur le fondement de l’insanité d’esprit.

« Chapardage et héritage sont les deux mamelles de la richesse » (Louis SCRUTENAIRE)

Contester la validité d’un testament en cas de remise douteuse

En qualité d’héritier réservataire, vous êtes assigné par le bénéficiaire du testament olographe en délivrance de son legs.

Or vous trouvez que les conditions de remise dudit testament sont étranges … En effet, certaines anomalies vous sautent aux yeux : le testament a été adressé au notaire du légataire universel sans mandat du testateur alors que ce dernier était encore en vie … Comment expliquer le fait que le testament ait été confié par le légataire à son propre notaire ? En effet, compte tenu de l’âge avancé et de l’état physique et mental très dégradé de votre parent, il est fort probable que son notaire personnel, s’il avait été contacté à ce sujet, aurait pris l’initiative de solliciter une mesure de tutelle et se serait de facto interrogé sur la régularité d’un tel acte.

Notre Cabinet est souvent consulté pour un détail, une simple petite question juridique qui cache bien souvent des problématiques juridiques plus importantes – « l’arbre cache la forêt » : Le testament contient des dispositions contraires aux souhaits du défunt, l’acte effectué comporte des ratures, la date de rédaction du testament correspond étonnement au jour de sortie de l’hôpital de la personne vulnérable, le défunt vous avait promis depuis des années qu’un bien vous reviendrait alors qu’il est finalement légué à un cousin éloigné ou encore à un neveu, un des voisins du défunt a été gratifié par des bijoux, le testateur a fait une erreur sur les prénoms …

Tous ces éléments factuels conduisent à vous faire douter de la régularité d’un tel testament. Vous vous interrogez à cet égard sur les arguments juridiques pouvant remettre en cause l’acte en question. En effet, les juges ont considéré que les « corrections grossières d'orthographe chez un homme cultivé » dénotaient un affaiblissement de ses facultés mentales tandis que la répétition inconsciente de lettres et de syllabes constituait une manifestation de sénilité (En ce sens Cass. 1re civ, 17 janv. 1961). De plus, les magistrats ont jugé que l'incohérence du contenu d'un testament ou le caractère déraisonnable de l'acte lui-même constituaient des éléments révélateurs de l'absence de lucidité ou de l'insanité d'esprit du disposant  CA Paris, 1re ch. B, 20 févr. 1987).

L’avocat : un acteur incontournable dans la défense des héritiers réservataires

En tant qu’héritier réservataire, vous disposez d’une part légale vous revenant obligatoirement dans le patrimoine du défunt, il s’agit de la réserve héréditaire, celle-ci répond à deux objectifs : maintenir l’égalité entre les héritiers et protéger la famille contre des tiers qui auraient bénéficié de libéralités excessives. En effet, très tôt, la 1ère chambre civile de la Cour de cassation a dans un arrêt du 17 décembre 1968 considéré que  « L’héritier d’un réservataire peut demander, du chef de son auteur, la réduction d’une libéralité excessive, aussi bien lorsqu’elle a été faite à cause de mort, que lorsqu’elle l’a été entre vifs, seule hypothèse expressément prévue par l’article 921 ».

En nommant un tiers à la famille légataire universel, le testament litigieux, ne saurait trouver application du fait de l’atteinte évidente à la réserve héréditaire. L’Avocat en droit des successions vous permettra de faire valoir vos droits en demandant l’annulation du testament en vous permettant de mener une action en réduction du legs.

En effet, seul un avocat expérimenté vous permettra de rassembler la preuve de l’insanité d’esprit. À cet égard, il convient de préciser que l’insanité d’esprit est fréquemment définie par les tribunaux comme étant « toutes les variétés d’affections mentales par l’effet desquelles l’intelligence du disposant a été obnubilée ou sa faculté de discernement déréglée » (Cass. civ 1ère, 25 mai 1987 ; CA Paris 17 avril 2008). En d’autres termes, si le testateur ne dispose pas d’un discernement et d’une volonté suffisante ou s’il est privé de toute lucidité au moment de la rédaction du testament, celui-ci pourra être annulé sur ce fondement juridique.  

Notre Cabinet fort de son expérience en droit des successions, vous guidera en vous aidant à prouver que l’existence d’un trouble mental existait bien au moment précis de la rédaction du testament. 

À titre informatif, il convient de préciser que les héritiers réservataires pourront intenter deux actions dans une même procédure, l’action en contestation du testament pour insanité d’esprit au principal et au deuxième plan l’action en réduction. Tout en sachant que dans tous les cas de figure, la présence d’un avocat est obligatoire devant le tribunal de grande instance.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Les lecteurs d'Héritage Succession ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.