Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Avocat succession

Héritiers, comment faire tomber un contrat de révélation inutile ?

| Publié le 27/06/2013

Ecrit par : Estelle PERLUMIERE, Juriste, Avocats Picovschi

SOMMAIRE

Vous avez été approché par une étude de généalogiste. Vous avez décidé de signer un contrat de révélation afin de connaître l’identité du membre de votre famille qui vient de décéder. Or il s’avère que vous auriez forcément appris ce décès sans l’intervention d’un généalogiste, car il s’agit d’une personne avec laquelle vous étiez en contact ? Avocats PICOSVCHI vous éclaire sur vos possibilités et les abus pratiqués par certains généalogistes successoraux.

Contrat de révélation sans effet

Une étude de généalogiste a pris contact avec vous en vous informant du décès d’une personne de votre famille dont vous seriez héritier. Afin de vous dévoiler l’identité de ce proche, elle vous a demandé de signer un contrat de révélation, ce que vous avez fait. Vous découvrez ainsi que vous auriez pu apprendre le décès de cette personne sans devoir faire appel aux services du l’étude. Pourtant aujourd’hui celle-ci vous réclame une part importante de l’héritage alors que son intervention était superflue. Vous vous demandez ce qu’il convient de faire, car vous vous retrouvez dans l’embarras ? Cet article est là pour vous aider.

La jurisprudence a posé une solution face à ce type de situation. Ainsi, le pôle 3, chambre 1 de la Cour d’Appel de Paris rend un arrêt relatif au contrat de révélation sans effet le 6 mars 2013.

En l’espèce, le Notaire a fait appel au service d’un généalogiste sans s’attacher plus que cela à rechercher les membres de la famille du de cujus. Le notaire avait été saisi par le tuteur qui n’avait pas connaissance des liens de filiations existants, ceci étant renforcé par l’éloignement géographique desdits parents au quatrième degré. « Il n’est pas anormal que le juge des tutelles n’ait pas cherché à les contacter lors de la mise sous tutelle, mais il est inexplicable que le Notaire se soit satisfait de ce que le tuteur ne connaissait pas ses héritiers pour entreprendre, sans procéder ou faire procéder à la moindre recherche élémentaire au domicile de l’intéressée, de mandater l’étude généalogique. »

La Cour considère que « l’existence de la succession de la défunte devait normalement parvenir à la connaissance de l’appelante sans l’intervention d’un généalogiste ». En effet, le Notaire aurait pu, en faisant des recherches, découvrir celle-ci, ne serait-ce que grâce aux nombreuses correspondances appartenant à la défunte attestant de la proximité des petits-neveux avec leur grand-tante.

Dès lors les services d’un généalogiste sont inutiles. En effet, le contrat de révélation ainsi signé se retrouve sans cause. La Cour d’Appel déclare que « le contrat de révélation de succession signé par la cohéritière doit être déclaré sans effet pour absence de cause ».

Les conséquences de cette décision sont importantes. En effet, dès lors qu’il est constaté une absence de cause au contrat de révélation de succession et que celui-ci est jugé sans effet, l’étude généalogique ne peut prétendre à la rémunération de ces recherches qui se sont avérées vaines. Ainsi le juge estime que l’héritier ayant signé le contrat de révélation n’est pas tenu au règlement du généalogiste qui s’élèverait à une part importante de l’héritage.

En droit, le contrat n’est pas formé dès lors qu’il manque un des éléments constitutifs. La cause est l’un de ces critères essentiels. En principe un contrat sans cause n’est pas valide. Dès lors une obligation sans cause est sans effet (article 1131 du Code Civil).

Les abus du généalogiste

 

Dès lors que le contrat a une cause, il est valide. Néanmoins, héritiers, restez méfiants et renseignez-vous. En effet, il arrive que la rémunération prévue par le contrat de révélation soit disproportionnée aux recherches effectuées. 

Une action en diminution des honoraires (à ne pas confondre avec l’action en réduction) est alors ouverte pour les héritiers à qui l’Étude de généalogie réclame une partie de l’actif successoral.

En cas de conflit avec le généalogiste, faites appel à un expert du droit de la succession. Un avocat saura vous assister afin de faire valoir vos droits.

Dans tous les cas, seul un professionnel du droit peut vous aider. Un profane dans ce domaine ne peut aborder les subtilités que comporte cette matière.

 

Estelle PERLUMIERE
Juriste

 

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.