Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Transmission de patrimoine et d'entreprise : laissez faire l'avocat

Héritier : le légataire peut-il remettre en cause les donations ?

| Publié le 30/10/2015

Avocats Picovschi

illustration de l'article

SOMMAIRE

L’un de vos parents vous a fait donation d’un bien de son vivant et a désigné un légataire par testament. A l’ouverture de la succession, ce dernier s’estime lésé et conteste cette donation. Quels sont ses droits ? Peut-il remettre en cause cette donation ? Peut-il demander sa réintégration à la succession ? Avocats Picovschi vous éclaire au regard d’une jurisprudence récente.

Demande de réintégration d’une donation par le légataire : que dit la Cour de cassation ?

L’arrêt rendu par la première chambre civile le 7 octobre 2015 vient apporter quelques précisions sur les droits du légataire sur la quotité disponible (part de la succession dont le défunt dispose librement).

En l’espèce une veuve avait octroyé à ses trois enfants une donation en avancement de part successorale (« avancement d’hoirie ») : cette donation portait sur différents biens dont elle conservait toutefois l’usufruit. 

Par ailleurs elle avait désigné l’un de ses enfants, son fils, comme légataire de la quotité disponible.

Au moment de l’ouverture de la succession de leur mère, le fils légataire s’est opposé au partage. Face au blocage de la succession par leur frère, les autres enfants (deux sœurs) l’ont assigné en justice « en ouverture des opérations de compte, liquidation et partage, et en homologation du projet de partage établi par le notaire chargé de la succession ».

Le frère invoquait notamment l’atteinte à la réserve héréditaire (part de la succession qui revient de droit aux héritiers) avec pour objectif d’obtenir la réduction des libéralités, c’est-à-dire la réintégration à l’actif de la succession des donations consenties par sa mère à ses deux sœurs. Il a demandé à ce qu’un expert soit désigné afin de « rechercher si les donations consenties à ses sœurs n'excédaient pas leur part de réserve et si, en conséquence, la quotité disponible à laquelle il pouvait prétendre, en sa qualité de légataire, n'avait pas été atteinte ».

La cour d’appel de Dijon avait déjà homologué le partage et rejeté sa demande d’expertise.

La Cour de cassation a confirmé cet arrêt au regard des articles 913 et 922 du Code civil au motif que le fils, ne peut en tant que « légataire de la quotité disponible, prétendre qu'aux biens laissés au jour de l'ouverture de la succession et ne dispose d'aucun droit à faire réintégrer les donations antérieures ».

Le rôle de l’avocat en cas de contestation d’une donation

Les situations de blocage lors d’une succession sont malheureusement courantes. Dans cette affaire le légataire n’a pas eu gain de cause, mais il existe d’autres situations dans lesquelles une donation peut être réintégrée dans l’actif de la succession : atteinte à la réserve héréditaire, donation déguisée… l’avocat est là en cas de doute pour vous éclairer et vous informer en tant qu’héritier sur vos droits dans la succession. Si vous êtes effectivement lésé, il mettra en œuvre les moyens nécessaires pour rééquilibrer la situation et récupérer ce qui vous revient de droit.

Avocats au Barreau de Paris depuis 1988, nous gérons des dossiers de succession au quotidien et avons développé un véritable savoir-faire dans le règlement des successions.

La dimension humaine est au cœur des problèmes de succession et cet aspect humain est primordial pour nous lorsque nous accompagnons nos clients dans ces instants douloureux. Nous privilégions toujours le dialogue entre les membres d’une famille pour trouver une issue favorable en cas de conflit : le règlement amiable du litige est  notre priorité. Le recours aux procédures judiciaires est envisagé en ultime recours.

En cas de doutes ou d’interrogation sur le règlement d’une succession, n’hésitez pas… contactez-nous.

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Vous voulez plus d'informations ?

Plus de conseils ? Appelez-nous.

+33 (0)1 56 79 11 00

90 av. Niel & 69 rue Ampère - 75017 Paris

Les lecteurs d'Héritage Succession ont aussi aimé

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.