Version ordinateur
Posez-nous vos questions pour aller plus loin

Home > Droit des séniors : la valeur ajoutée de l'avocat en droit de la famille

Abus de faiblesse : nouvel épisode dans la saga BETTENCOURT

| Publié le 30/08/2013

Ecrit par : Estelle PERLUMIERE, Juriste, Avocats Picovschi

SOMMAIRE

Encore un nouveau volet dans l’affaire BETTENCOURT. Les protagonistes de cette affaire font, encore une fois, la une des journaux. Le nouvel élément découvert fait l’effet d’une bombe dans un dossier où côté pénal et côté civil ne cessent de se côtoyer dans le cadre d’une affaire insolite. Tel un pavé dans l’eau, l’annonce du prêt effectué à Claire THIBOUT par Françoise Bettencourt Meyers va peut-être changer la donne. Avocats PICOVSCHI vous informe sur le parallélisme des procédures pénales et civiles.

 

Suspicion de témoignage déguisé

C’est ce matin qu’a été entendue la fille de Liliane BETTENCOURT auprès des services de police. Il est apparu qu’elle a transféré, en novembre 2012, à Claire THIBOUT, ex-comptable de Liliane BETTENCOURT, la somme de 300.000€ en tant que prêt. Selon elles, l’ex-comptable, n’ayant pas retrouvé de travail après son licenciement par Patrice DE MAISTRE en 2008, se serait retrouvée en difficultés financières.

Cette information fait l’effet d’une détonation dans une affaire déjà très médiatisée et complexe. Les avocats de Liliane BETTENCOURT n’ont eu de cesse de remettre en cause l’impartialité du témoignage de Claire THIBOUT.

L’ex-comptable est l’un des protagonistes principaux qui est au cœur du scandale. En effet, c’est essentiellement son intervention qui a provoqué l’incrimination de plusieurs hommes politiques français.

A cette étape, il convient de s’interroger sur les répercussions de la remise en cause de ses propos et de son implication dans cette histoire. QUID des conséquences du soi-disant témoignage déguisé sur cette affaire ?

En effet, le prêt qui vient d’être mis en lumière, malgré le fait qu’il soit bien connu de TRACFIN (organisme du Ministère de l’Economie et des Finances chargé de la lutte contre le blanchiment d’argent), vient renforcer la suspicion relative au témoignage qui aurait, selon les avocats de Liliane BETTENCOURT été suscité par un soutien financier non désintéressé…

Abus de faiblesse et faux témoignage

Comme il a été exposé dans notre précédent article sur cette saga, l’affaire BETTENCOURT débute par une banale histoire de famille. La fille de Liliane BETTENCOURT porte plainte pour abus de faiblesse, dont sa mère ferait l’objet.

A cela s’ajoute une dimension politique et fiscale touchant d’imminentes personnalités politiques françaises dont l’implication est engendrée par le témoignage de l’ex-comptable, Claire THIBOUT. Dès lors un volet pénal s’ajoute à l’aspect familial du dossier.

Aujourd’hui le doute est porté sur ce témoignage. Or celui-ci a eu d’importantes répercussions sur Patrice DE MAISTRE, ou l'artiste et ancien ami de Liliane BETTENCOURT, François-Marie BANIER, tous deux mis en examen pour abus de faiblesse. A quelques semaines de l’ordonnance des juges d’instruction, Messieurs DE MAISTRE et BANIER, ont, tous deux, porté plainte contre Claire THIBOUT pour faux témoignage

Il semblerait que les rebondissements de cette saga n’ont pas fini de nous étonner… Si la fausseté du témoignage est avérée, quelles peuvent être les conséquences sur la procédure de l’abus de faiblesse ? Affaire à suivre…

Vous qui avez un patrimoine à protéger, tirez les leçons de cette histoire. Prenez les devants, consultez vite un expert en droit du patrimoine et des successions qui saura vous conseiller et ainsi vous permettre d’éviter tout conflit futur.

Sources : lefigaro.fr, Mis à jour le 29/08/2013 à 11:57 « Bettencourt : la comptable Claire Thibout en difficulté », Laurence De Charette

 

Cet article est mis en ligne à des fins d'information du public et dans l'intérêt des justiciables. Il est régulièrement mis à jour, dans la mesure du possible. En raison de l'évolution permanente de la législation en vigueur, nous ne pouvons toutefois pas garantir son application actuelle et vous invitons à nous interroger pour toute question juridique ou problème concernant le thème évoqué au 01 56 79 11 00. En aucun cas le Cabinet ne pourra être tenu responsable de l'inexactitude et de l'obsolescence des articles du site.

Votre avis nous intéresse

Le responsable de traitement des données à caractère personnel collectées sur le présent site Internet est Gérard PICOVSCHI, Avocat au Barreau de Paris. Les informations recueillies font l'objet d'un traitement informatique destiné à respecter nos obligations déontologiques et à prévenir d'éventuels conflits d'intérêts.Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant au service Informatique et Libertés : 69 rue Ampère, 75017 Paris (e-mail : avocats[at]picovschi.com). Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant.